Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2013

Reprise - suite

J'voudrais bien - OUIN OUIN OUIN!

Mais j'peux point - OUIN OUIN OUIN!

Tout le monde aura reconnu les paroles d'une certaine chanson bien connue. Et c'est ce qui me caractérise le mieux en ce moment.

Et pourtant...

non, je ne ne suis pas blessée,

non, je ne suis pas démotivée,

non, la météo capricieuse ne me décourage pas

Et...

oui, j'ai envie,

oui, je me suis fixée un nouvel objectif,

et oui, oui, oui, oui, multitude de oui, j'ai un petit bonhomme à m'occuper à la maison et qui me prend une bonne partie de mon temps. Alors c'est sûr que je pourrai ne pas faire certaines des choses que je fais et qui ne sont pas nécessaires... Mais ce n'est pas quand il aura 20 ans que je pourrai lui faire de gros calins, ou que je pourrai le bercer sur mon coeur, ou même tout simplement le regarder dormir... Et puis à 20 ans, ses plus beaux sourires ne seront certainement plus pour moi...

P2050056.JPG

Donc pour dire qu'en un mois, j'ai fait 5 sorties. Au maximum de 5 kilomètres, avec un minimum de 2 pauses. La bonne nouvelle, hormis que je suis très fière des progrès de mon petit bonhomme, c'est que la reprise est moins difficile que ce que j'avais pu imaginer! Il faudrait juste que j'en fasse plus...

 

01/01/2013

En 2012...

Il y a 1 an, avec mon Chéri au moment des nouvelles résolutions, on se disait qu'aggrandir notre famille, ce serait bien. Pas de calcul, pas de planification, pas de pression, on avait décidé de laisser faire la nature.

Quand en Avril, j'ai eu du retard, la surprise était d'autant plus grande que les "opportunités" avaient été bien faibles. Souvent en déplacement pour le travail, il fallait plutôt parler d'une unique opportunité. Surtout  qu'une recherche sur le web nous avait appris que pour une femme de mon âge, la réussite était de 13% à chaque "opportunité".

Je me souviendrais de ce 1er Mai, jour où le test de grossesse a annoncé un résultat positif. Ce jour là, j'ai pleuré, blottie dans les bras de Chéri. Mélange à la fois de joie, d'appréhension et de peur.

Je me souviendrais de la première échographie avec Chéri et de sa réaction à la vue pour la première fois de cette petite crevette qui allait devenir son fils.

Je me souviendrais aussi de la voix tremblotante de ma mère en réponse à l'annonce de cette nouvelle qu'elle attendait tant.

Je me souviendrais également de ces papillons dans mon ventre correspondant à tes premiers gestes.

Je me souviendrais de ce premier achat symbolique de vêtement. Je me souviendrais aussi du deuxième pour fêter comme il se doit l'annonce que ce serait un petit bonhomme.

Je me souviendrais surtout de cette soirée du 19 Novembre où tout s'est accéléré. Pressé de sortir, cette nuit là, j'ai vécu comme en dehors de mon corps. Tout a été très vite. Je n'étais pas prête, ni physiquement, ni matériellement et encore moins psychologiquement à ce que tu arrives si tôt.

Je me souviendrais de cette journée du 20 Novembre où tu es arrivé. Tout petit, tout fragile. Je me souviendrais de tes premières minutes de vie où tu as été posé sur mon ventre. En revanche, j'aimerais ne plus me souvenir des heures suivantes où j'ai vu ton père tout pâle m'annoncer que tu n'allais pas bien, où je t'ai vu partir monitoré de partout vers une autre maternité. J'aimerais ne plus me souvenir de cette journée où j'attendais des nouvelles trop rares à me demander pourquoi et à culpabiliser.

Sur ces deux semaines que tu as passé en néonat, j'aimerais me souvenir uniquement de tes progrès minimes mais quotidiens et laisser de côté tous les moments d'angoisse, de doute et de peur.

Je me souviendrais du jour où tu as pu enfin rentrer à la maison. Ca y était, enfin réunis, tout était dorénavant entre nos mains.

Je me souviendrais enfin du regard émerveillé de tes grands-mères lors de leurs premières rencontres respectives avec toi.

Tout ces moments dont je veux me souvenir, je te les ai raconté hier durant la nuit après ton repas. Cela faisait 1 an tout juste que l'on avait pensé à toi pour la première fois. Tu venais tout juste de fêter tes 6 premières semaines d'existence et pourtant tu n'aurais dû naître qu'aujourd'hui. Tu t'es endormi avant que je finisse de tout te raconter, mais ce n'est pas grave, j'aurai d'autres occasions de finir ton histoire parce que j'aimerai que toi aussi tu te souviennes de tout cela.

Mon loulou, je t'aime très-très-très fort et je te souhaite plein de bonnes choses pour 2013...

 

13/12/2012

3kg et des poussières!

Premier cap franchit!

3 semaines et des poussières après sa naissance, notre loulou a passé la marque de 3kg et des poussières. Par la même occasion et comme une coîncidence, on a remisé au fond du placard les bodies et pyjamas de taille prémat'. Trop boudiné dedans et trop difficile à enfiler maintenant, notre loulou devient un petit bonhomme tout dodu.

100_6970.JPG

Miam, miam!!

La semaine prochaine, on ira chez le pédiatre, ce sera l'occasion de voir si on a été de bons parents pour ces deux premières semaines de vie commune!

Si seulement, il pouvait éviter de pleurer toutes les nuits entre le dernier repas du soir et le premier de la nuit! 

29/04/2012

Changement de programme

Finalement, je n'y suis pas allée à cette course dominicale.

Un tas d'excuses plus ou moins bonnes et voilà. Pourtant, on s'est levé, préparé, monté en voiture et même fait une partie du trajet ... mais la pluie a eu raison de notre motivation, déjà pas au top. Fallait voir ce qui tombait, pfff, quoique à l'heure de la course, cela semblait mieux. Mais pas de regret.

De toutes façons, mon genou me fait encore mal. Autant attendre qu'il soit bien remis plutôt que faire une course qui, vues les circonstances, ne m'aurait rien apportée. Cette semaine, j'ai couru 1 kilomètre, et j'ai fait demi-tour car j'avais trop mal. Mieux vaut attendre encore un peu.