Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2015

Foulées Pantinoises 2015

La journée a très mal commencée. D'accord c'est ma fête aujourd'hui, mais Choupinouroudoudou, tu n'étais pas obligé de te réveiller d'abord à 0h20, puis à 3h30 puis à 6h50 pour me la souhaiter (ou demander le doudou, ou le pot, je ne me souviens plus trop).

Ensuite, habituel passage sur la balance. Et coup au moral, mon poids est remonté. De pas beaucoup, certes, mais c'est du +. Bon la veille, j'ai un peu exagéré aussi, c'était barbecue de départ en retraite arrosé à la vodka. Hips!

Donc je suis fatiguée et je me sens lourde. Super pour une course où je veux battre mon record. Et en plus, au moment de partir de la maison, il tombe quelques gouttes. Super, je vous dis!

Je passerais sur l'attente un peu longue au retrait des dossards, mais il y a foule aujourd'hui. L'année dernière, il y avait environ 800 participants et cette année c'est plutôt 1200. En plus, c'est une course gratuite (pour ceux qui se sont inscrits avant le 15 Mai), alors ce petit détail, on s'en fiche.

102_0652.JPG

Echauffement d'avant course à trap-trap avec Choupinou. C'est moi qui gagne bien sûr!

Comme à mon habitude, je pars en fin de peloton, pas question de partir comme une balle cette fois ci, ce n'est pas une stratégie qui me convient (y'a qu'à voir la course d'il y a 3 semaines). Premier kilomètre passé en 5'40. Un peu de temps perdu sur mon tableau de marche mais c'est pour la cause.

Deuxième kilomètre en 5'13. Le parcours est roulant, mais il y a quand même quelques difficultés entre les faux-plats (mais des pas trop longs), les passages de ponts, les pavés et le vent. D'ailleurs sur ce kilomètre, on se prend une grande bouffée d'air en arrivant le long du canal de l'Ourthe. Ca dégage les narines. 

102_0657.JPG

Au deuxième kilomètre, j'appelle Chouchou qui ne m'a pas reconnu et le monsieur devant moi se retourne en croyant que je l'avais appelé car son nom est Chouchou. Trop drôle!

Troisième kilomètre en 5'19. On se trouve dans la partie la plus dure à mon avis, une grande artère en léger faux plat montant. Je gère comme je peux mais là j'ai du mal.

Quatrième kilomètre en 5'17. Je continue d'être régulière.

Cinquième kilomètre en 5'20. Je ne suis clairement pas partie comme une balle. Je mets une minute de plus sur la première partie par rapport à la course précédente! Maintenant, il est temps d'accélérer ... si je le peux. J'ai quand même repéré que le quatrième kilomètre est plutôt en descente, et que pour le dernier, il faut garder un peu d'énergie pour monter le pont.

Départ de la deuxième boucle!

Sixième kilomètre en 5'08. Je ne l'avais pas remarqué lors du départ mais cela descend pas mal et du coup le faux plat suivant se passe avec l'élan.

Septième kilomètre en 5'20. Les coureurs sont plus espacés et il est plus facile de choisir sa trajectoire. Fini les pavés tord-chevilles! Je suis toujours dans le tempo pour aller chercher mon record. J'ai très exactement 3 secondes d'avance et c'est bien ça qui me fait tenir car j'ai les jambes lourdes.

Huitième kilomètre en 5'13 (10 secondes d'avance maintenant). Y'a un type qui me colle un peu, je le sens juste derrière moi. Comme si ce n'était pas déjà assez difficile, faut encore en plus que je traine quelqu'un. L'avantage c'est que dans cette partie je ne lambine pas trop alors qu'elle me semblait difficile lors du premier passage.

Neuvième kilomètre en 5'16 (14 secondes d'avance). Je suis dans la partie qui me semblait la plus roulante, mais soit on a changé de parcours, soit j'ai changé d'avis! J'ai laché le type collant, et j'essaie alors à mon tour de suivre une demoiselle.

Dixième kilomètre en 5'09! Le demoiselle finit devant moi. J'ai eu du mal à passer le dernier pont. J'ai battu mon record. Je suis très contente!

Temps final : 52'55 (à mon chrono). Temps officiel 54'07. NEW RECORD!

Finalement, pas si mauvaise que ça cette journée!

Parce que, d'accord, je bas mon record, mais aussi avec la manière. J'ai couru en negativ split (26'49 / 26'06). J'ai été régulière et surtout : je n'ai pas marché!

 

11/05/2015

Foulées Cachanaises

Un petit déçue, mais aussi un petit peu satisfaite... en tant que bonne Normande, c'est pas tout blanc, mais ce n'est pas tout noir non plus...

Les motifs de déception :

- le parcours pas vraiment plat. (mauvaise excuse, je le savais avant, mais ce n'est pas la même chose quand on le court). Et pas vraiment valonné non plus. Mais 2 faux plats montants par tour et 2 tours, au final, cela en fait 4 à grimper. Et cela fait aussi très mal aux jambes.

- mon attitude sur le deuxième tour. Me mettre à marcher, il faut vraiment que j'arrête cela. A la rigueur ralentir, mais pas marcher. 2' au total.

Les motifs de satisfaction :

- record sur 10 kilomètres battu!! Nouvelle marque : 53'17 (au lieu de 54'54). Je savais que je pouvais faire mieux que mon ancien temps, mais de combien? Difficile à estimer au lendemain d'une préparation marathon où j'ai tout fait (ou presque) en endurance.

- record sur 5 kilomètres battu aussi : 25'45. Ma tactique était claire. Partir vite et tenir aussi longtemps que possible pour voir ce que je suis capable de faire. Voilà, j'ai vu. 5km, ça va. Plus, bonjour les dégats! (25'45 pour les 5 premiers et 27'32 pour les 5 suivants). Un bon gros positive split!

- terminer main dans la main avec Choupinouroudoudou (Chéri a fini en même temps que moi en poussant la poussette).

- terminer 27/74ème femme. Youhou! et 11/35ème SF. Double Youhou!

- me dire que mon objectif de ces mois de Mai et Juin, n'est peut être pas irréalisable! (arriver à faire 52' sur 10, et éventuellement 25' sur 5).

 

Maintenant, place à une reprise d'entraînement plus axé sur le qualitatif que sur le quantitatif. Un peu de fractionné à se mettre l'estomac aux bords des lèvres. Chouette!

25/04/2015

Jogging télévie de Liège - 10km

En cette jolie journée du 19/04, je suis à Liège, il fait beau, et j'ai annoncé à Rohnny que je courai certainement cette course à condition de ne pas travailler ce jour là (ce qui est le cas) et de m'être remise du marathon de la semaine précédente (là, je ne sais pas vu que je n'ai fait aucun effort de la semaine).

Donc j'y vais!

Le hasard faisant bien les choses, je croise Rohnny juste après avoir pris mon dossard. Et c'est en toute simplicité que l'on se met à discuter. Et pourtant, on ne s'était vu en vrai qu'une seule autre fois, il y a déjà quelques années. Très sympa...

Je suis sensée emmenée mon compagnon du jour sur les bases de son record. La tactique est vite mise au point : On fait le premier kilomètre comme on peut, et les suivants aux alentours de 5'30.

1er kilomètre : 6'30. C'est vraiment du comme on peut! Il y a pas mal de monde et la chaussée est plutôt étroite.

2ème : 5'38. Je commence à me caler sur le bon rythme (ou en tout cas celui décidé) et j'entraîne Rohnny avec moi.

3ème : 5'25. Le parcours est sympa sur les quais de la Meuse. Le problème, c'est que je sens déjà que Rohnny peine. Pas besoin de me retourner, j'entends ses pas de plus en plus faible derrière moi (d'ailleurs, tu cours bruyamment!)

4ème : 5'32. J'essaie de faire preuve de motivation, mais cela devient de plus en plus dur. Moi cela va plutôt pas mal. A ce rythme, j'aurais peut être du mal à tenir toute la course, mais pour le moment, je m'en sors.

5ème : 5'50. On est à mi-chemin et c'est le ravito. Je ne prends rien car je sens un point côté pas très éloigné. J'essaie de remotiver Rohnny ("il reste à peine 28' de course c'est rien"), mais c'est compliqué surtout que je sens qu'il est en limite. Allez on tient!

6ème : 5'57. J'ai du mal à me maintenir à hauteur, car le rythme de Rohnny n'est plus le mien. Mes jambes veulent aller plus vite. Pas beaucoup plus, mais un peu. Je m'arrête donc régulièrement pour attendre mon 'poulain d'un jour' que je ne veux pas laisser.

7ème : 5'49

8ème : 6'30. Dur dur. La fin est proche mais les jambes ne tournent plus.

9ème : 6'42

10ème (enfin plutôt 0.8km) : 4'25. Doucement, la machine se relance et on termine en accélérant.

Temps final : 58'15 pour 9.8km. Classement 185/310

Très contente de cette course, le parcours est sympa, la compagnie était chouette. Je n'ai pas réussi dans la tâche qui m'était confiée mais le rendez-vous est pris pour l'année prochaine.

En ce qui me concerne, le marathon semble être à peut près passé...

 

17/04/2015

Marathon Paris 2015

"Du courage pour commencer. De la force pour finir."

Je ne sais pas de qui c'est mais c'était dans le dos de plusieurs personnes que j'ai suivi pendant quelques kilomètres. Cette phrase m'a aidé à, justement, finir.

 

Avant cette course, je suis en déplacement pour le boulot depuis quelques jours. Pas le meilleur moyen de se préparer sereinement. Mais cette course étant prévue depuis longtemps, il est hors de question que je la rate! Alors, en vrai, la course a commencé dès le samedi :

  • samedi matin : boulot
  • samedi après-midi : retour à la maison (4h de voiture) + retrait dossard
  • dimanche : marathon + retour au boulot (encore 4h de voiture)

 

A en croire les principes "normaux", j'aurai du finir entre 4h13 (en considérant qu'en doublant la distance, la vitesse diminue d'1km/h) et 4h08 (en considérant 2 fois mon temps au semi + 5%). Beaucoup plus modestement, j'espérais un 4h40.

Alors pas la peine de se le cacher avec mes 5h03 et des poussières, je suis déçue. Ni le plan A, ni le plan B ne sont atteints.

paris.JPG

J'étais une des dernières à partir. Premières foulées en ce qui me concerne vers 10h15. Il fait déjà chaud. La descente des Champs Élysées est sympa. Bien large pas trop rapide. Super... Les premiers kilomètres sont faciles, normal pour un marathon. Quoique, je me trouve rapidement avec un point de côté. Un de ceux que je peux gérer tout en continuant de courir. Et heureusement parce que je l'ai gardé une bonne vingtaine de km.

Je passe au 10ème en bon état bien que la chaleur soit déjà importante. A ce moment là, je suis un peu en avance sur le plan A. A chaque ravitaillement, j'embarque avec moi une bouteille d'eau pour tenir sur l'intervalle à venir. Si j'avais été dans un parc à regarder les gens courir, j'aurais apprécié cette température. Mais moi, je suis en train de courir et il fait trop chaud!

paris2.JPGAu semi, je suis encore dans les temps du plan A. Mais de pas beaucoup. Et les choses commencent à se compliquer sérieusement. J'ai trop chaud, j'en ai marre des bananes. J'ai mal aux jambes. Le seul point positif, je n'ai plus de point de côté. C'est le début de la galère...

C'est mon troisième marathon, et pour la troisième fois, j'ai également une forme de black-out, une période de 10 kilomètres où je me souviens de choses mais sans avoir eu l'impression d'être acteur, juste un spectateur. Cela tombe bien car dans cet intervalle, c'était la combinaison de la partie des tunnels sur les quais de Seine et des mollets au bord des crampes. J'ai beaucoup marché dans cette période.

Au 30ème, le plan A est oublié, le plan B encore possible si j'arrive à relancer la machine. Mais, il faut se rendre à l'évidence, les crampes aux mollets sont trop proches pour me le permettre.

J'arrive à me remettre à courir au 35ème, lentement certes, mais je redémarre. Et je coure avec un décompte dans ma tête sur les minutes restantes avant la fin. Je n'arrête pas de me dire que c'est la fin d'une séance d'entraînement et que je suis capable de le faire parce que je l'ai déjà fait (ce qui est vrai mais pas en ayant déjà fait autant de km avant - bouh la menteuse). Ce qu'il y a de bien, c'est que cela marche.

paris1.JPGA 200m de l'arrivée, c'est le moment le plus fort pour moi : Chéri est là avec Choupinouroudoudou sur les épaules pour m'encourager. A ce moment là, j'ai la respiration qui se bloque et envie de m'arrêter pour chialer. Cela ne dure pas longtemps et ce serait dommage de ne pas finir en courant. Alors, je me décrispe et j'essaie d’accélérer pour les photos...

Fin en 5h03'48.

Déception car j'espérais mieux. Mais quand même record battu de vingt minutes.

Mon premier kif à l'arrivée : faire un gros bisou à choupinoudoudou tout content de revoir sa maman.

Mon deuxième : manger un kébab! (trop marre des bananes)

Cela ne transpire pas forcément dans ce récit, mais parmi mes 3 marathons, c'est celui que je ne referais pas :

  • pas d'ambiance (ou très peu) - difficile de passer après New-York
  • la beauté de la ville me laisse maintenant indifférente - ce n'est pas comme si c'était ma première course dans la capitale

Côté récupération, rien de dramatique : deux jours de courbatures aux cuisses et de douleurs sous les côtes correspondant à mon point de côté. Dimanche, je rechausse...