Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2010

Une semaine qui finit bien...

Ce n'est pas qu'elle avait mal commencée, mais j'ai eu l'impression de courir (dans tous les sens du terme) tous les jours avec trop de choses à faire et pas assez de temps pour les faire. Malgré tout, j'ai quand même réussi à caser des séances.

Le 02/12 : 50'   7,7km   9,2km/h   6/10

Trèèès mauvaises sensations, il faisait froid pourtant c'était sur l'heure du midi. J'ai du me faire violence pour finir. J'ai couru dans mon parc habituel sur une très fine couche de neige. A chaque fois que je faisais une foulée, j'avais l'impression que mon pied d'appui reculait avant de retrouver un appui  stable. J'ai l'impression que c'est surtout ça qui m'a bien fatiguée.

Le 04/12 : 28'45   4,5km   9,4km/h   7/10

Séance d'avant course, le lendemain j'ai prévu de participer à un 10km. Cela faisait une éternité que je n'avais pas fait de séance de veille de course. C'est pourtant bien agréable, je referai. En plus, les conditions étaient agréables, il faisait doux (en fin plus chaud que ces derniers jours) et la neige tombait tout doucement sans que cela soit encore gênant. J'en aurait bien fait plus, mais cela n'aurait pas été bien raisonnable.

Le 05/12 : Corrida de Colombes

Sans titre.JPG

Une petite corrida de fin d'année à 15h30, si c'est pas bien ça! Surtout pour moi qui ait du mal à me lever le matin! N'empêche qu'on a failli arriver à la bourre entre le temps mal estimé pour traverser Paris et le temps mis à trouver une place pour se garer. 15h sur place, pour un départ à 15h30, c'était un peu chaud, non?

Sans titre2.JPGLe parcours était constitué de 3 boucles identiques avec un parcours complètement urbain. Il n'était pas à proprement parler difficile sauf ... qu'il y avait des tas de relances avec tous ces virages, et pleins de faux plats assez cassants.

1ère boucle en 19'30. Et une frayeur quand j'ai senti un point de côté arriver dès la fin du deuxième km. J'essaie de respirer par le ventre histoire de détendre tout cet intérieur trop contracté. Finalement, cela n'empire pas, mais il restera un petit point douloureux pour la suite. Le premier faux plat montant / côte est déstabilisant : quand il n'y en a plus, y'en a encore. Je l'ai attaqué trop fort, sans vouloir ralentir et je suis bien contente de le finir! Sur la fin de ce premier tour, je me fais plaisir : comme d'habitude, je suis partie dans les dernières positions et j'aime rattraper tous les gens partis trop vite devant moi. C'est mon petit plaisir personnel! En revanche, à la fin de ce tour, les positions seront quasiment figées.

2ème boucle en 19'00. J'essaie de garder en point de mire une dame avec qui j'ai quasiment fini la première boucle, mais plus ça va, plus elle prend de l'avance... C'est qu'elle accèlère. Moi aussi, légèrement mais je n'arrive pas à maintenir la distance. Je me laisse moins surprendre par le parcours et j'aborde mieux les difficultés, c'est ça l'avantage d'un parcours en boucle. En revanche, à la fin de ce tour, je me demande encore comment je vais pouvoir tenir un tour de plus. J'ai aussi zappé les ravitaillements, il y a soit de l'eau glacée, soit des oranges. Dans les deux cas, il faut mieux que je ne prenne rien que cela...

3ème boucle en 19'15. Je termine vraiment pas très bien. Je n'ai pas vu le marquage du dernier km. Je ne savais pas où j'en étais. Quand un concurrent qui revenait du départ nous a dit que c'était le dernier virage, je l'ai cru et j'ai accéléré, mais ce n'était pas là et c'était trop tôt... Quand encore un autre nous a dit que c'était à 350m, là encore je l'ai cru, mais c'était encore trop tôt... Du coup, je finis la course comme je peux et pas très contente de moi. Sauf que (tadadada!) : 57'45!!! (à mon chrono). Mon deuxième meilleur temps de toute ma vie sur 10km.

Alors du coup, même l'attente pour sortir de l'aire d'arrivée et récupérer un tee-shirt ne m'a pas faite râler. Et puis, le ravitaillement juste avant était tout juste génial, avec des bénévoles plein de bonne humeur et plein de boissons chaudes ou froides et plein à manger (même si je n'ai rien pris à part un verre de soda, leur bonne humeur était communicative).

57'45   10km   10,4km/h   9/10

[Je ne suis quand même pas très fière de ma gestion de mon dernier km, et j'ai honte ...]

29/11/2010

Une course solidaire ou 'Comment j'ai couru avec un champion du monde'

Hier matin, après une nuit bien courte, mon premier réflexe a été de regarder par la fenêtre pour voir le temps. Pas de neige, pas de pluie, pas de vent, bon OK, je me lève sans traîner. Mine de rien, il est déjà 8h20 et le début de la course, c'est à 9h30!

la_mirabal_affiche_300xh.jpg

On est sur place à 9h00, on s'inscrit. Tiens le parcours a changé, ce n'est plus 2 tours du plan d'eau de la base de loisirs, mais 3 tours sur la base de loisirs. Histoire de voir combien il y a de participants, je me dirige vers le tableau des préinscrits, je prends une feuille au hasard et je compte. Et en comptant un nom m'interpelle : Kervadec, changement de colonne, prénom : Guéric. Ahhhhh! Cela ne vous dis peut être rien, mais c'est un grand (dans tous les sens du terme) bonhomme du hand français. Il vient de mettre un terme à sa carrière pro pour cause de blessure à l'épaule. Ahhhhh, il est là, il va courir!! Une de mes idoles!!!!

Revenons à la course. Il fait froid, il ne doit pas être loin de géler. Et pourtant, alors que tout le monde rêve de partir pour se réchauffer, le retard est décalé de 15'. Je me suis mise à la fin du peloton, mais pas dans les dernières positions comme je le fais souvent, un peu plus dans le peloton, histoire de profiter de la chaleur humaine de mes voisines (très peu d'hommes se sont inscrits). En visu, je LE vois, lui, mon idole. On ne voit que lui, ou plutôt que sa tête qui dépasse. Faut dire qu'il est bigrement grand, et costaud aussi. C'est pas le genre de type que l'on importune dans la rue. Et pourtant, il est super gentil et accessible. Je l'ai vu jouer un paquet de fois à Créteil, jamais il n'a refusé une photo ou un autographe à un petit minot.

Le parcours n'est pas à proprement parler difficile, mais il est plein de relances, de faux plats montants, de côtes (trois, d'environ 50m chacune), de virages, de courbes, de passages dans l'herbe bien grasse, mais au final, pas lassant du tout.

1ère boucle : dans le premier virage, je marche sur une racine et me tord la cheville, aïeee! je sens une décharge électrique, je continue mais pendant quelques mètres, j'ai eu peur. Finalement, cela passe. Je garde en visuel qui-vous-savez-maintenant. A chaque fois que le parcours monte un peu, je me rapproche tout doucement. Dans la deuxième côte, je le rattrape et le double dans la petite descente qui suit. Temps : 19'30

2ème boucle : Je zappe le ravitaillement et continue... je n'ai plus mon appui visuel, mais j'essaie de rattraper quelques dames, une après l'autre. Et cela commence à devenir dur... Temps : 19'

3ème boucle : Là, je m'arrête au ravitaillement et prend un peu d'eau, j'aurai bien pris un truc solide, mais il n'y a rien qui me plaise. Comme je suis quelqu'un de bien, je m'arrête même quelques secondes auprès de la poubelle afin d'y jeter mon gobelet (fausse bonne excuse pour reprendre mon souffle pendant quelques secondes). Pendant ce dernier tour, je souffre, je souffre, j'en ai marre, je ne m'arrête pas mais pendant un bon km, je me suis traînée et même faite redépassée par une dame que j'avais doublée un peu plus tôt. Et puis d'un coup, cela revient, dans une partie zig-zaguante qui est super agréable à courir, il faut chercher la corde, c'est marrant. La dernière montée est quand même difficile surtout que juste derrière, il y a l'arrivée. Temps de la troisième boucle : 19'30.

Temps total : 58'. En revanche, la distance ???. J'ai du mal à croire l'organisation qui nous dit 10,150km quand on attendait dans l'aire de départ alors que mon accéléromètre me dit 9,53km à l'arrivée. La vérité doit être entre les deux. Mais entre les deux, il y a un gouffre! Heureusement, que cela ne correspond pas à mon record.

IL a fini derrière moi, mais je ne sais pas trop combien. On n'a pas traîné, il faisait trop froid. Chéri a fait 44'. Les classements ne sont pas encore sur le net.

58'   Entre 10,15 et 9,53km   Entre 10,5 et 9,8km/h   8/10

 

Pas-de-melodrame_actus.jpgPalmarès de Guéric Kervadec :
Champion du monde (1995)
Médaille de bronze aux Championnats du Monde (1997)
217 Sélections
Ligue des Champions avec Magdebourg (2002)
Champion de France avec Vénissieux (1992)
Champion d’Allemagne avec Magdeburg (2001)
2 Coupes EHF avec Magdeburg (1999 et 2001)
Supercoupe d’Europe avec Magdeburg (2001)
4 Coupes de France (1991 et 1992 avec Vénissieux, 1994 avec Nîmes et 1997 avec Créteil)
Coupe de la Ligue Nationale avec Créteil (2003)

24/10/2010

10km du XVème

Je ne vais pas le cacher longtemps, je suis super contente d'avoir fait cette course, de m'être levée à l'aube, d'avoir eu froid et même d'avoir souffert.

Hier soir, la pluie qui tombait à grosses gouttes et l'orage qui grondait m'ont donné quelques doutes. Je veux bien aller courir, mais au moins qu'il ne pleuve pas! Alors, ce matin quand le réveil a sonné de bonne heure, la première chose que j'ai faite, c'est d'aller à la fenêtre. En cas de pluie, je serai retournée me coucher, mais là ce n'était pas le cas, alors on se prépare. 'On' parce que Chéri a décidé de courir avec moi.

Le départ est à 9h30 et il fait encore bien froid, surtout que le soleil se cache encore derrière les immeubles. On part rue Lecourbe (6000 francs au Monopoly!), une grande et large ligne droite qui évite les bouchons, c'est que l'on est quand même environ 700 à partir. Chéri a décidé de courir avec moi pour me motiver. A la base j'aime pas ça, surtout s'il veut mener le train, notre différence de niveau est si importante qu'il accélère sans s'en rendre compte, j'essaie de le suivre sans me rendre compte que j'accélère, quand je m'en rend compte, je ralentis et du coup lui aussi, ... et au final on ne va pas régulièrement et ça me tue. Donc, il coure avec moi mais légèrement derrière, c'est moi qui donne le rythme.

Pour le parcours, c'est donc rue Lecourbe, parc André Citroen, quais de Seine et retour vers la mairie du XVème. Et tout ça à faire 2 fois. Il n'y a aucune difficulté si ce n'est une petite montée pour passer des quais de Seine à la route normale et de looonguuuues lignes droites.

Premier tour, RAS. Je vais régulièrement, je passe au 5ème en 29'53. J'ai pas forcé pour les faire, je coure vite (pour moi), mais à un rythme qui me va. Au ravitaillement, je fais une petite pause marchée pour boire quelques gorgées, je ne mange rien car rien ne me convient, pour 10km, cela devrait aller. Quand on repart, Chéri se met devant (pas beaucoup, mais un peu) et du coup, j'accélère légèrement, le temps que je m'en rende compte et le mal est fait, d'allure confortable, je suis passée au niveau de dessus et je ne suis plus du tout confortable et l'arrivée est encore loin. Et je pioche!

Et je pioche tellement que je profite de la remontée du quai pour marcher. Pas terrible le prétexte surtout que je l'ai bien passé la première fois. Mais bon...

Une fois repartie, il doit rester dans les deux km en ligne droite. Chéri me dit que si je veux accélérer, c'est le moment où jamais, qu'on peut y aller progressivement, que je n'ai qu'à fixer la fille en rouge, quelques mètres devant pour me donner un point à rattraper. Mais pfff, qu'est ce qu'elle est loin! J'accélère quand même, mais je suis vraiment dans le rouge, très rouge même le rouge. Tellement rouge que je suis obligée de faire une dernière pause. Mais là faut avouer qu'avec un peu de recul, j'ai carrément honte, il devait rester ... 200m. Ahhh, si j'avais vu l'arche! Je ne marche pas longtemps, seulement 15", vraiment une pause psychologique sans aucun intérêt!

J'arrête mon chrono en passant la ligne, je suis morte. j'ai besoin d'un paquet de secondes pour reprendre mon souffle. Et puis Chéri me demande mon temps. Et là, houaaaa, méga surprise : 59'59"! Mon deuxième meilleur temps de toute ma vie! Mince, si j'avais su! Mais bon, je ne me suis pas vraiment préoccupée du chrono. Mince, si j'avais su! Heureusement que je suis en dessous de l'heure, sinon, je m'en serai voulu de ce dernier arrêt.

Voilà, je suis contente! Mon deuxième meilleur temps dans uns situation totalement inattendue. Et si j'essayais de battre mon record sur 10 d'ici la fin de l'année?

59'59"   10km   10km/h    9,5/10 (le 10, ce sera pour le record)

11/10/2010

Voilà, ça c'est fait

Dire que j'avais une motivation d'enfer pour faire ces 20km de Paris aurait été mentir. Mais bon, j'étais inscrite, donc j'y suis allée.

La faute à quoi ce manque de motivation? Et bien à tout un tas de petits trucs qui additionnés les uns aux autres commencent à faire beaucoup :

- mon mal aux yeux de ces derniers jours (l'ophtalmo me dit que c'est dû aux lentilles trop vieilles, ce qui est peut être le cas, en tout cas j'ai appris qu'il y avait une date de péremption et mes nouvelles lunettes/lentilles sont commandées)

- j'ai mal à une dent depuis 2 jours

- j'ai mal à un genou de manière récurrente depuis 6 mois

- je suis fatiguée

- et surtout : je ne me sens pas prête pour 20km, et même si la course de 10km de la semaine dernière est bien passée, 20 c'est pas 10 et il y a un monde entre les deux distances

Mais bon, quand faut y aller, faut y aller. Mais ce sera sans lentille, sans lunette (heureusement que ma myopie n'est pas trop forte!) et avec du paracétamol dans les veines que je vais y aller. Dans le brouillard! Inutile de préciser que je ne me fixe aucun objectif, si ce n'est de finir, ce qui n'est pas vraiment un objectif!

5 premiers km : ça va 32'30. Il faut chaud mais j'avance, même si ce n'est pas très vite. Pour une fois la première montée rue Foch m'aura semblée difficile, c'est bizarre, d'habitude, je ne m'en rends même pas compte que cela monte, mais cette fois ci, je suis partie tellement à l'arrière du peloton, que je n'ai pas besoin de zigzaguer et que je me rends plus facilement compte du profil du parcours.

5 km suivants : 33'30. Je n'ai pas vraiment ralenti, mais il y a deux ravitaillements dans cette portion et comme je marche pour boire, mon temps augmente. Dans cette portion, bizarrement, la côte dans le bois de Boulogne qui d'habitude me semble siii difficile passe bien. J'avance toujours et mon coeur prends un petit coup de speed à côté de l'hyppodrome d'Auteil en voyant un type allongé sur une civière avec les secouristes autour de lui mais surtout avec les yeux fermés et la tête en sang. Je croise les doigts pour lui...

5 km suivants : 34'30. Là je commence à piocher. On est de retour sur les quais de la Seine, en plein soleil, et il faut chauuud. Les tobbogans dans les tunnels commencent. Qu'est ce que j'aime pas ça! En plus je suis morte... J'en ai marre, j'ai envie de rentrer, mon genou me titille, ma dent douloureuse n'aime pas que je respire par la bouche, j'en ai marre.... Et puis j'aime tellement pas ces tunnels que je marche pour en ressortir.

5 derniers km : 37'30. Comme d'habitude la fin me paraît terriblement longue. A chaque fois qu'au loin, je vois (ou devine sans mes lentilles) un pont, j'ai espoir que ce soit celui qui nous serve à traverser la Seine pour revenir vers notre point départ. Mais je suis plusieurs fois déçue!! Dans cette portion, je remarche plusieurs fois, j'en peux plus et ce n'est pas la présence des personnes qui sont en train de se faire soigner par les secouristes qui me poussent à m'arracher : "la santé avant la performance" comme il est écrit plusieurs fois dans les derniers km... J'arrive juste à repartir plus vite pour les 500 derniers mètres, histoire de donner illusion pour les photographes que je suis en train de courir!

Au final : 2h18. L'année dernière avec un entrainement plus conséquent, j'avais mis 8' de moins... Je ne suis pas vraiment déçue, je ne m'attendais pas à mieux. Je ne suis pas vraiment contente non plus. J'étais inscrite à une course et je l'ai faite en souffrant, voilà ce que j'en retiens!