Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2011

Un homme qui sait me parler

Après une bonne semaine intensive de grattouilles (et surtout à essayer de résoudre le problème par moi-même), je suis enfin allée voir un médecin pour lui expliquer mes problèmes de démangeaisons. J'en repars avec de la pommade et une ordonnance pour faire un prélèvement de peau, histoire de voir ce à quoi cela pourrait être dû.

J'en ai profité également pour lui parler de mes différentes histoire avec ma médecine du travail au niveau de mon coeur. Pour rappel :

Episode 1 : je vais à la visite médicale du travail et tombe sur un médécin qui n'est pas mon habituel. Quand je lui demande un certificat pour courir, elle me fait faire un test de Ruffier (30 flexions) et trouve que je fais de la tension à l'effort car après 1' de repos elle est toujours élevée. Elle me fait du coup une lettre pour aller voir un cardio...

Episode 2 : toujours à la visite médicale du travail (je ne suis pas allée au cardiologue entre les deux). Cette fois je retombe sur mon médecin habituel. Il prend connaissance de la lettre de sa collègue, me fait refaire le même test et trouve que ma récup est parfaite. Du coup, il est bien embêté par la lettre de sa collègue, il note les résultats dessus mais ne me met pas la pression pour que je fasse quelque chose. Il a pas l'air des masses convaincu... et du coup moi non plus!

Episode 3 : toujours à la visite médicale du travail : la dernière fois, on m'avait fait faire un électrocardiogramme (pas parce que j'en avais besoin ou que quelqu'un l'avait demandé, c'est juste qu'à intervalle régulier, on nous en fait un que l'on soit volontaire ou pas). Et il y a le médecin qui l'a interprété (que je n'ai jamais vu) qui trouvait que j'ai un paramètre un peu en dehors de la normale (Pr, je crois). Mon médecin classique m'en parle forcément, mais d'un autre côté me dit que ce n'est pas anormal pour un sportif. Enfin, bref, ça + ça + ça fait qu'il me conseille d'en parler à mon médecin traitant à l'occasion...

Donc aujourd'hui, je profite de l'occasion et je lui en parle (ce n'est pas mon médecin traitant et c'est la première fois que je le vois ce médecin). Je lui explique un peu l'histoire, lui montre mon électrocardiogramme.

La première chose qu'il me dit, c'est : "il est normal votre cardio" => Ah cool!

La deuxième chose quand je lui explique que j'ai un Pr trop grand : "vous faites beaucoup de sport, non? C'est tout à fait normal" => Enfin un homme qui sait me parler, qui sait parler à mon coeur! Je l'aurais embrassé sur le coup. Oui, je fais du sport. Oui, c'est bon ma santé!

Je lui explique quand même que j'aimerai courir un marathon en fin d'année. Et lui qui n'était pas forcément convaincu pour m'envoyer au cardiologue dit alors que c'est bon, qu'il va me faire une lettre. Soit il y a une vraie pathologie et cela servira à quelque chose, soit il n'y a rien et je pourrai alors m'entraîner sereinement.

Voilà, j'ai donc ma recommandation pour une visite. Je n'ai plus qu'à prendre RDV!

Je ne sais pas pourquoi, mais ce médecin m'a convaincu, il a su me parler, trouver des mots justes qui m'ont fait plaisir à entendre.

 

22/07/2011

Gratounette

Cela fait maintenant presque une semaine que je ne bouge quasiment plus. J'évite un maximum de marcher pour soulager mon mollet. A priori cela fonctionne, car je n'ai presque plus mal dans les rares fois où je marche (je ne vais même plus à la cantoche le midi, c'est dire!). En revanche, je crois que je vais attendre encore un peu avant de recourir.

Ce qui me dérange le plus en ce moment, ce n'est pas vraiment ça. C'est que je suis prise de démangeaisons aigües. Mon nouveau surnom, c'est "Gratounette". Pas très sexy...

Alors cela a commencé la semaine derniere avec une folie furieuse de me gratter pendant la nuit. Au matin, j'ai découvert plusieurs piqûres de moustiques sur mon poignet et l'avant bras (il y en a un qui s'est fait plaisir), alors j'en suis restée là. De toutes façons, c'est bien connu, chez les Rasmo pas besoin d'antimoustique si Rasmette ou sa mère sont dans les environs.

Le lendemain, envie furieuse de me gratter sur les jambes. Je commence du coup à réfléchir parce que c'est pas normal et que là, je n'ai pas été piquée, ou en tout cas, il n'y a rien de visible.

Alors je pense d'abord au soleil (malgré ma peau assez mate qui bronze vite, au bout d'un moment, elle dit stop et le moindre rayon de soleil me donne des envies de m'arracher la peau), mais vu la météo, ce ne peut pas être cela.

Je pense ensuite à un truc au niveau de l'alimentation, mais je n'ai rien mangé d'inhabituel ces derniers jours. Ou si, j'ai fait une cure de melon. J'adore ça, le melon, et j'en ai mangé 2 ou 3 fois par jour pendant quelques jours. Mais non, pas ça, ou alors c'est long à passer.

Ensuite, je me dis que l'apparition coïncide avec un changement de gel douche (même marque mais changement de parfum). Et puis j'ai déjà vécu ça avec un shampoing dans sa version vanillée qui me forme une espèce de croûte sur le cuir chevelu à chaque fois que je m'en sers. Je reviens à un ancien, mais toujours pas d'amélioration.

Autant dans la journée, j'arrive à me maîtriser (c'est pas classe au boulot de se gratter à pleine main toute pleine d'ongles et puis je suis occupée, j'y pense moins), autant la nuit, c'est l'horreur! Je ne pense qu'à celà! Une nuit, je me suis tellement grattée, que j'en suis arrivée à me faire des ecchymoses à des endroits où la peau est fine : un sur la cuisse et l'autre derrière l'épaule.

Une autre nuit, j'en pouvais plus et Chéri était allongé tranquillement à côté de moi à dormir comme un bienheureux. Je me suis fait un film monstrueux comme quoi le lit devait être rempli de petites bêtes, que cela ne pouvait être que ça. N'en pouvant plus, je suis allée m'installer dans le canapé.

Le lendemain matin, pas la peine de dire que j'avais encore bien en tête le souvenirs des petites bêtes. J'ai mis les draps à laver avec de la javel. Pareil pour la couette et les oreillers, toujours avec de la javel. J'ai étudié le matelas avec une loupe, mais j'ai rien vu, je l'ai tapé, aspiré, désinfecté. J'ai récuré la chambre de fond en comble. A défaut d'avoir chassé des petites bêtes pour de vrai, j'ai au moins chassé l'idée de ma tête qu'il y en avait!

A ce moment là toujours pas d'amélioration, au contraire cela reste diffus sur tout le corps mais aussi très concentré sur un endroit bien précis : le talon des deux pieds, pas en dessous mais au niveau du tendon d'achille, là où la peau est fine et frotte facilement sur quoi que ce soit, des chaussures ou un drap par exemple. Tant que je résiste à la tentation de me gratter, cela va, mais il y a un moment où je n'en peux plus, je le fais. Ou alors, quand je dors, il m'arrive de le faire machinalement malgré mes chaussettes que je me force à garder (histoire de ne pas faciliter la vie des petites bêtes si il en reste!). La seule méthode alors pour me calmer, c'est de mettre du désinfectant dessus. Cela pique, cela chauffe, cela fait mal, mais la démangeaison est passée et le lendemain c'est tout rouge et fait comme des plaques. Deux nuits de suite, j'ai fait cela.

Les deux dernières nuits ont été en nette amélioration. Je me suis passée un deal avec moi même : je ne résiste pas trop à la tentation de me gratter, de toutes façons à un moment, je succombe. Mais je me gratte à côté, sur une toute petite zone, et je file aussitôt mettre du désinfectant. Alors c'est peut être un effet placebo, mais cela marche, j'arrive à me rendormir, mes vraies démangeaisons talonnesques semblent diminuer, en tout cas, ma peau retrouve un aspect un peu à près normal. Forcément, je ne me gratte plus.

Je me laisse encore ce week-end et si la situation n'est pas revenue à la normale, je vais au médecin lundi...

17/07/2011

Pour 20 petites minutes...

Je suis trop nulle. J'ai voulu voir et j'ai vu, j'ai tout gagné, et je suis blessée...

Lundi : repos

Mardi : repos

Mercredi : 1h    9,1km   9,1km/h   7/10. Le tout doucement sauf le 9ème km fait vite.

Jeudi : 1h   9,1km   9,1km/h   7/10. Idem séance de la veille.

Vendredi : 1h   9,18km   9,18km/h   9/10. Idem aussi, sauf que là, j'établis mon record sur un km, toujours le 9ème.

Samedi : 1h   9,05km   9,1km/h   7/10. Quatrième jour de suite, cela commence à tirer. Quoiqu'au final, pas tant que cela. Au lieu de faire 1km à fond pour finir, j'en fais 2 mais à un rythme plus raisonnable.

Dimanche : jour de malchance...

Cela commence par ma Garmin qui n'a plus de batterie. Pas très grave, je pars avec un ancien chrono, je n'aurai pas de distance... et puis les jambes sont un peu lourdes des jours précédents et je ne compte pas aller bien vite.

Cela continu avec la pluie, une bonne averse peu de temps après que je sois partie. Pas très grave non plus, mais cela fait froid.

Au bout d'une vingtaine de minutes, j'ai mal au mollet. Pas trop mais un peu. A la demi-heure, je me décide à faire un break, histoire de m'étirer, de boire et de voir si cela passe. Je ne suis pas très loin de la maison, et je me dis (texto) : "si je rentre tout de suite, il me manquera 20' sur mon programme de la semaine, ce n'est pas grave, mieux vaut cela qu'une blessure". Je repart en direction de la maison, mais finalement, je n'ai plus aussi mal, alors au carrefour suivant au lieu de continuer tout droit, je tourne. Ce serait quand même dommage de ne pas atteindre mon objectif hebdomadaire pour 20 petites minutes d'entraînement manquantes. Pas vrai?

Et puis finalement, à 41' arriva ce que je voulais éviter, comme une décharge électrique dans le mollet. Arrêt immédiat et retour en boitillant à la maison...

Conclusion, il me manque 19' à mon total de la semaine ET je suis blessée... J'ai tout gagné...

La dernière fois que j'ai eu ça, j'étais restée 3 semaines HS... Et dans 3 semaines, c'est ma prépa New York qui commence... Je reste zen pour l'instant et espère le rester (mais pas plus de 3 semaines!).

10/07/2011

En exploration

Pour mes deux dernières sorties de la semaine, je ne sais pas pourquoi, mais je me suis embarquée sur des routes peu habituelles pour moi: vendredi direction vers l'Ouest, dimanche vers le nord...

Donc première sortie vendredi. En partant, je me rends compte qu'il y a du vent et que, quitte à l'avoir dans le nez, autant que ce soit pendant la première partie de ma course du jour. Je pars pour 30' direction plein ouest avant de faire demi-tour pour revenir. Je pars rarement de ce côté là, ou plutôt oui, je pars souvent de ce côté là, mais tourne rapidement. Sur une route assez fréquentée, je me trouve un jeu très ludique : aller plus vite que les voitures qui sont à moitié bloquées par la circulation. C'est con comme jeu, mais cela fait passer le temps, fait accélérer et fait oublier le vent. Parce que mine de rien, à ce jeu là, je vais assez vite et le moment de faire demi-tour arrive tout aussi vite. Bien entendu pour le retour, j'ai perdu mon jeu, mais j'ai gagné le vent dans le dos...

Je ralentis sur la fin car je sens une ampoule se former et je suis bien contente d'arriver à la maison pour voir les dégâts et les soigner.

1h   9.7km   9.7km/h   8/10

Cela doit être un de mes entraînements les plus rapides. Ah oui, au fait, dans mon petit jeu avec les voitures, c'est moi qui ait gagné.

Dimanche matin, je pars en direction d'un endroit où je n'ai jamais mis les pieds, j'y suis passée plusieurs fois en voiture, quelques fois en vélo mais c'est tout. A pied, c'est une totale découverte et pourtant c'est dommage parce que c'est pas mal malgré que les deux premiers kilomètres ne soient pas des plus jolis. Alors donc, je me suis fait une petite sortie en bords de Seine, d'abord sur une rive, puis sur l'autre après avoir traversé la Seine (chose que j'ai bien regrettée ensuite car cela voulait dire que pour la retraverser il fallait que j'aille jusqu'à un autre pont). Pour le retour à la maison, j'ai même presque failli réussir à monter cette satanée côte qui me résiste et que je n'ai jamais réussi à monter en courant tout du long. Je suis en tout cas allée plus loin que jamais en courant avant de la finir en marchant.

1h25   12.5km   8.8km/h   8/10