Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2011

Ma petite semaine et Son gros week-end

Mardi : 1h06   10,11km   9,2km/h   6/10

Sortie en début de soirée. Beaucoup de mal au début et une fin beaucoup plus plaisante.

Jeudi : 1h03   10,0km   9,5km/h    7/10

Au départ je voulais fractionner sur la piste. J'ai fait deux 400m et puis un 800m et puis j'ai arrêté ça car j'avais une folle envie de vomir... J'ai fini à un rythme plus confortable.

Samedi : 1h30   13,5km   9,0km/h   6/10

Quand je suis sortie en fin d'après-midi, j'ai été saisie par la lourdeur. Il ne faisait pas trop chaud, mais qu'est ce qu'il pouvait faire lourd! La première heure s'est plutôt bien passée, mais pas la suite. Il y a une personne d'un certain âge (pour ne pas dire un vieux!) qui a voulu courir avec moi parce qu'il voyait que j'avais un rythme régulier et que comme il revenait de blessure, et blablabla et blablabla. Bon au final, il aura couru environ 1km avec moi (dans un parc avec du monde autour) mais qui m'aura tué parce que inconsciemment (ou pas d'ailleurs!) j'ai accéléré pour qu'il me lâche. Ce km, il m'aura fait du mal pour finir...

 

Dimanche : pas de sortie pour moi mais j'accompagne Chéri sur une course.

Après son 100km foiré, il voulait absolument refaire rapidement une autre course pour ne pas s'être entraîné "pour rien". Dès notre retour de Chavagne, on épluchait donc le calendrier pour trouver quelque chose de la bonne distance, pas trop loin et à la bonne date. Et finalement son premier choix a porté sur les 6h de l'Echo (dans le 62). Donc dimanche matin direction le Pas de Calais. Je suis aux petits soins pour lui : je ne ronchonne pas pour me lever à 5h30, je ne râle même pas pour conduire tout le trajet pendant que lui finit sa nuit. On arrive à 8h30 sur le site et là... là, je regrette déjà de ne pas m'être inscrite moi aussi. On se croirait à une kermesse, il y a du monde partout, qui coure (les participants du 24h sont dans leur 17ème heure), qui encourage, le cochon est même déjà en train de griller.

Départ pour le 6h à 10h au milieu des fumigènes. Il y a énormément de monde dont des fusées qui partent comme des boulets de canon. Toutes ces fusées sont dans les équipes de relais et au bout d'un tour elles passeront le relais (en l'occurence un poignet éponge) à d'autres. Cela fait d'ailleurs bizarre sur le parcours de voir les différences de vitesse entre les 24h individuels qui sont presque tous en train de marcher, les 24h relais qui ont encore un peu d'énergie, les 6h relais qui sont comme des boulets de canon et les 6h individuels qui partent prudemment. Et encore je ne parle même pas du relais des jeunes qui ne durent que 2h (ces mêmes jeunes tous excités avant le départ mais un peu moins après avoir fait un tour et complètement morts en revenant de leur deuxième). Il y a de tout et c'est vachement bien et je regrette encore plus de ne pas m'être inscrite!

Chéri est parti trop vite mais j'ai promis de tenir ma langue et de le laisser gérer sa course tout seul. 1er tour en 13', 2ème en 12', 3ème en 11'. Je me retiens, je me retiens... Une fois la période d'euphorie passée, il stabilisera aux alentours de 12-13' (le tour fait 2,3km). Les deux premières heures, tout va bien. A un passage il me dit qu'il fera le prochain tour plus lentement. Le parcours n'est pas plat et je me dit qu'il éprouve le besoin de se calmer un peu, en plus la chaleur commence à être pesante. Cela ne m'inquiète pas plus que cela. Je m'étais installée confortablement, j'avais pris mon livre, alors quand je ne l'ai pas vu venir dans ses temps habituels, je ne me suis pas inquiétée, j'avais dû raté son passage. Quand il est passé devant moi au bout de 28', je ne me suis pas inquiétée non plus, cela devait être ça, je ne l'avais pas vu passer. En revanche à son passage suivant, quand il m'a dit qu'il avait l'estomac en vrac, là, je me suis inquiétée. Mais qu'est ce qu'il avait bien pu boire et manger? Est ce qu'il avait mangé ou bu même? Je guettais alors chacun de ces passages, le livre était remisé au fond du sac pour ne plus en ressortir. Et puis bizarrement, à chaque tour je trouvais qu'il reprenait vie. Bien sûr, ces traits étaient tirés, comme tous les autres, mais c'était pas pareil. Les autres étaient beaucoup plus dans la souffrance, lui plus dans l'effort et la fatigue et surtout, à mes questions, il me répondait de nouveau de manière continue "ça va".

Au bout de 4h de course, j'ai pu voir un classement, Chéri était 27ème au scratch et 5ème senior. Ce que je me suis empressée de lui dire. Le quatrième était a à peine 1' devant lui, le troisième à environ 7'. Je me suis prise à rêver d'un podium pour lui. Rassurée par son état à lui, je me mettais à chercher ses deux adversaires du jour, à voir leur état à eux. Mais bon, difficile de juger. En plus impossible de savoir s'ils se trouvaient dans le même tour ou pas. Pour la fin, je me suis installée au niveau de l'arrivée : au bout de 5h30 de course, Chéri a progressé de 9 places au classement. Est ce qu'il a dépassé les deux autres seniors? Je lui réannonce qu'il est 18ème, il réaccélère, un peu, c'est chouette il va bien.

Il arrive juste un peu trop tard pour pouvoir repartir pour un tour. Il est mort et ne demande plus qu'une chose, s'étendre pour récupérer. Moi, je suis fière de lui, alors j'en prend soin, je retourne à la voiture lui chercher ses affaires, je lui donne à boire, à manger. Maintenant qu'il est enfin arrêté, il me raconte sa course en gros. Comment au moment, où je ne m'inquiétais pas, lui était au plus mal et a passé quasiment 2 tours entiers à marcher parce qu'il sentait que son estomac commençait à ne plus rien vouloir, mais qu'ensuite c'était revenu comme il fallait. Comment sur la fin, il se sentait bien, même s'il était fatigué et qu'il faisait trop chaud. Comment le fait que je lui ai annoncé 5ème, l'avait reboosté pour finir. Comment Mohamed, et ses coéquipiers que l'on ne connaît pas, l'ont mouché à chaque fois qu'ils l'ont doublé (c'est que Mohamed et son équipe, ils ont fait 48 tours, alors que mon Chéri n'en a fait "que" 27!).

On ne sait pas encore les classements, mais moi j'y crois à cette troisième place. Et puis finalement à l'heure du podium sénior, il est appelé mais pour une deuxième place! Quel beau podium! Il finit 15ème au scratch à 4 tours du vainqueur, à 2 tours du premier sénior. Il est content ... et moi aussi! Il a fait une belle performance, je suis fière de lui! Et peut être le plus important, il a su maîtriser son estomac, avec un passage difficile certes, mais qui ne l'a pas obligé à abandonner cette fois ci.

Sur les 3h du trajet retour retour (c'est encore moi qui conduit), il me raconte tout par le détail. Il est nettement plus loquace que pour le retour de Chavagne... Il est content de lui, et moi je suis contente pour lui. Finalement, un jour, il pourra aller au bout d'un 100km, il faut juste qu'il apprenne à comprendre son système digestif et qu'il trouve Sa solution en se basant sur les enseignements du jour. En tout cas, en ce dimanche soir, il a le coeur léger et l'esprit plein de nouveaux objectifs.

Et moi, plus ça va, plus je regrette de ne pas m'être inscrite, moi aussi j'aurai pu faire un podium si cela se trouve (il n'y avait que 5 femmes sénior et le podium se jouait à 46km). Qui sait, j'aurai peut être eu mes chances?

20/06/2011

La raison

Encore une semaine bien chargée avec au total 5 sorties.

Lundi : sortie de récup (ou presque) au lendemain de la course du château. Mais bon, les jambes allaient bien alors je les ai laissé faire.

61'   9,05km   8,9km/h   7/10

Mercredi : Enfin! Toutes les conditions sont réunies pour que j'aille courir sur ma pause du midi. En-fin! Mon moment préféré pour courir! La piste d'athlé est ouverte, je voulais en profiter pour faire du fractionné, mais au bout d'un tour je me rends compte que le vent est là et bien là. Je me contenterais de faire une sortie classique mais en accèlérant de quelques secondes à chaque kilomètre parcouru.

64'   10km   9,4km/h   8/10

Jeudi : La journée pour la sortie longue et raisonnable de la semaine. Mais pfff, qu'est ce que c'est c*****!! Mais allez, c'est pour mon bien...

1h30   12,71km   8,5km/h   6/10

Samedi : Les Boucles Chevillaises à Chevilly Larue (94) version 5km.

L'année dernière, cette course était ma première course de 5km, elle avait lieu le vendredi soir. Cette année, elle se déroule le samedi matin dans le cadre de la fête de la ville. Il y a peu de participants, en tout cas, il me semble moins que l'année passée, peut être lié à la journée. Un samedi matin, c'est peu fréquent. En tout cas, moi je suis là avec l'ambition (secrète) de battre mon record sur la distance.

1er km : OK, je suis bien, je suis dans les temps. En revanche, je suis (déjà) seule. Il y a peu de participants, il n'y a pas de gêne certes, mais aussi pas de groupe qui se forme.

2ème km : OK, je suis bien, je suis toujours dans les temps. J'ai bien rattrapé une femme sans doute partie trop vite, mais je suis encore seule. Il y a un monsieur devant moi, mais trop loin, je n'arrive pas à le rattraper. Et puis le vent est de face...

3ème km : OK, je vais encore assez bien mais j'ai ralenti et le vent est toujours de face et le monsieur est toujours devant moi...

4ème km : on arrive dans un parc où l'on va tournicoter pour la fin. C'est mieux, ici les arbres nous abritent du vent. Mais je ralentis encore et le monsieur est toujours devant moi.

5ème km : je reconnais bien l'endroit où j'avais marché l'année dernière. D'ailleurs, ... oui, je l'ai refait... mais je n'en suis pas fière. Juste quelques pas, pas beaucoup et après m'être assurée que personne ne me voyait! J'en ai marre de courir seule sur ce parcours. J'arrive pas à rattraper le monsieur de devant et derrière, les autres sont super loin! Ce n'était que quelques pas... L'arrivée est toujours aussi piègeante, on voit l'arche, on voit un passage pour y arriver mais non, on fait un aller retour sur l'avenue avec un virage en épingle à cheveu avant de terminer. Je n'arrive pas à accélérer pour finir, preuve que j'ai fait de mon mieux. Résultat du chrono : 26'45! Je pourrai être contente (mon record est à 28'20), mais .... il n'y avait pas tous les mètres qu'il fallait!!! Mon Garmin m'en donne 4,82 des kilomètres, il en manque, pas beaucoup, certes, mais un peu... En faisant une correction comme-il-faut, je me rajoute une bonne minute, mon record est toujours battu, certes, mais ce n'est pas tout à fait pareil... Je suis contente quand même, mais il y a un petit peu de quelque chose qui fait que ce n'est pas un vrai record, même si je vais le considérer quand même comme tel!

26'45   4,82km   10,8km/h   9/10

Ensuite, c'est encore la course, on doit aller en Normandie dans ma famille pour le week-end. Alors on garde le rythme pour le retour à la maison, la douche, la préparation des sacs, ....

Dimanche : Course des Solidarités à Yvetot (76)

[Qui a dit que je faisais trop de courses, au fait?? Comment ça, moi, pas raissonnable?]

Voilà, je suis dans ma Normandie natale. J'avais vu sur le net une course qui se déroule dans ma ville de naissance, mais je n'avais aucune autre précision que la ville et la date. Ce qui fait un peu léger comme organisation. L'épluchage de la presse locale nous a permis d'avoir les infos manquantes : l'heure et le lieu.

Donc au jour J, à l'heure H, nous sommes à l'endroit E pour une course de 10kil organisée par l'association EMMA pour le dépistage des cancers. Le peloton est là aussi, assez peu conséquent, mais je suis contente de faire ma première course sur mes terres d'origines. On part pour deux boucles identiques en bord de ville / campagne environnante. En revanche, et chose dont je ne m'étais jamais rendue compte en parcourant ces routes en voiture, c'est que ce n'est pas plat, au mieux, c'est du faux plat, au pire des cotes.

Pour la première boucle, je me retrouve avec un petit groupe de gens qui se connaissent : un monsieur, une dame et une demoiselle. La demoiselle n'est pas au mieux alors les deux autres la soutiennent et l'encouragent. Je reste avec eux pour monter les côtes en courant. C'est assez rare pour être souligné : j'ai monté les côtes en courant! Le problème, c'est qu'une fois en haut, j'ai les cuisses en feu à ne plus pouvoir ré-accélérer... J'aime pas ça!

Pour le deuxième tour, je décide de changer de tactique : je ne me force plus en côte, quand j'en ai marre, je marche. C'est beaucoup plus mon rythme ça! On commence à jouer à l'élastique avec mes trois collègues du jour. Dans la plus grande côte, ils me lâchent, mais je les récupère sur le faux plat et les lâche à mon tour dans la descente qui suit. Je ne les reverrais plus ensuite avant l'arrivée. Au final dans cette deuxième boucle, j'aurais marché 3 fois. Sur le dernier kilomètre, je me fixe comme objectif de rattraper la petite brune de devant puis une fois fait, la moyenne brune d'encore devant. Sauf que celle là, elle est trop loin, ou alors la course trop petite, au choix.

Pour cette course là aussi, les 10kil n'y étaient pas! Cette fois ci dans l'autre sens, il y en avait de trop!

1h03   10,5km   10,0km/h   8/10

Le week-end prochain, c'est encore course à pied, mais pas moi cette fois ci, juste Chéri... même si à un moment, cela m'a bien tenté. Mais raison, j'ai su garder (pour cette fois).

 

13/06/2011

Fin de week-end à Vincennes

Mardi : 1h03   10km   9.5km/h  7/10

Je me sens bien, je fais une séance au feeling, sans rien surveiller, ni puls, ni allure et cela me plaît. Seul problème, j'ai trop serré un de mes lacets et je m'arrête à mi-sortie pour donner un peu de mou et attendre que les fourmis partent.

Mercredi : 1h30   12.87km   8.6km/h   6/10

Là, j'essaie de contrôler mes puls et de ne pas monter trop haut. Au bout de 20', je marche, j'suis trop haut, arghhh! Au bout de 40', pareil. J'ai un caillou dans la chaussure aussi. Je m'arrête, remets tout en place et je laisse tomber ma surveillane et fait comme j'ai envie. Du coup, ma vitesse augmente et mes puls aussi (tant pis : +10) pour le reste de la sortie.

Vendredi : 55'   8.55km   9.3km/h   8/10

Super sortie, au feeling. Il fait frais, je revis...

Dimanche : Course du Chateau de Vincennes

Le week-end a eu des airs Vincennois. Samedi en tout début d'apres-midi, retrait du dossard. Puis dans le reste de l'après-midi, et pour ne pas dire que l'on a juste pris pour la voiture pour les dossards, on est allé ensuite à l'hippodrome. On y a été très, très, très mauvais...

Dans l'après-midi, on apprend insidueusement qu'un de nos amis courre aussi le lendemain, ni une ni deux, on s'organise pour se voir avant et après la course!

Le dimanche étant là, c'est de bonne heure que l'on quitte la maison, on connait les problèmes de parking aux alentours du chateau et on a vraiment pas envie de tourner des heures à la recherche d'une place. 1er objectif réussi, on est super bien placé sur l'esplanade. Forcément ensuite, il nous faut attendre nos amis, ce sont des locaux très locaux qui arriveront peu de temps avant la course. On en profite pour lézarder au soleil, puis comme il faut trop chaud, on finit sur l'herbe à l'ombre des arbres à la limite d'une petite sieste entourée de toutes ces jolies vieilles pierres.

IMG_1547.JPG

Finalement notre ami et sa compagne arrive, nous sommes super contents de nous voir car notre dernière rencontre 'en vrai' remonte à une éternité. Mais l'heure du départ arrive super vite et il est déjà temps de se diriger vers le départ. On s'organise pour que l'on puisse voir nos supporters personnels après quelques foulées, voire même obtenir un bisou d'encouragement...

Il y a plus de 3000 participants, cela en fait du monde sur un 10kil. L'allée du départ est bien large, le flot des coureurs s'étale bien. En revanche, dès le 2ème cela se rétrécit et l'allure ralentit, il y a trop de monde. Je ralentis même sans en avoir envie, ou même besoin. C'est tout simplement pas possible d'aller plus vite à cet endroit.

Et puis au 3ème, il y a un homme à terre, il a du sang sur le visage et des secouristes sont en train de lui faire un massage cardiaque. Cela me fait un choc. Je ne courre pas pour mettre ma vie en danger. Ce n'est pas cela que je recherche. Ce n'est pas cela que je veux. Alors même si des ouvertures se dégagent dans le peloton, je n'ose pas y aller. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais cela m'impacte...

IMG_1560.JPG

Finalement, je réaccelerait un peu une fois revenue sur des portions plus larges. Il fait bien chaud mais je me sens plutôt bien. Je passe au 5ème en un peu plus de 29'. Pour une course avec autant de participants, le ravitaillement est mal organisé. Du coup, je me sers moi même : je prends un gobelet, me verse de l'eau, bois tranquillement, m'asperge le visage et repart. 1'30 dans l'affaire...

Le parcours est super roulant, et j'ai trouvé mon allure de croisière. Mais, je dois bien avouer que j'ai trouvé le dernier kilomètre très long. J'avais super envie de marcher un peu. C'est mon péché mignon ça, marcher dans le dernier kilomètre. Mais je sais que Chéri m'attend et qu'il se moquera de moi de le faire. Je n'ai pas envie de lui dire que j'ai marché, ni de lui mentir. Du coup pas d'autre solution que de ne pas le faire. Je termine sur le tapis rouge dans l'enceinte du chateau au sprint ou presque puisque l'arrivée se fait sur de bons gros pavés irréguliers et disjoints. Je suis contente de mon temps, et de la manière dont j'ai géré ma course. Je fais un tout petit negative split. J'aime bien ça, les negative...

IMG_1569.JPG

58'34   10km   10.2km/h   8/10    Temps au kilomètre : 5'48-6'02-6'02-5'49-5'42-6'22-5'45-5'47-5'43-5'29

P6120064.JPG

On se regroupe et on part ensuite passer le reste de la journée chez nos amis à Joinville le Pont avec notamment une petite ballade de décrassage sur les bords de Marne dans l'après-midi à voir les sportifs-rameurs sur la Marne et les sportifs-guincheurs aux guingettes.

P6120075.JPG P6120070.JPGP6120073.JPG

07/06/2011

...

En ce moment, je vis dans une bulle. Je continue de vivre ma vie, mais ce que font les autres ne m'intéressent plus. Et du coup, la tenue de ce blog (qui est avant tout un partage) est la traîne.

Je continue de courir pourtant. D'ailleurs sur cette première semaine de Juin, j'ai couru + que sur tout le mois de Juin de l'année dernière (faut dire que faire plus de 30km, c'était pas trop difficile!).

Il y a un an, je finissais mon premier marathon et j'étais en pleine déprime avec aucune envie de recourir. Là, maintenant un an plus tard, c'est différent, mais quand même un peu pareil. L'envie de courir est là, mais juste pour moi, que les autres fassent ce qu'ils veulent, cela m'importe peu, voire, je n'en ai rien à faire.

Pour ce premier semestre, je voulais battre mon record sur 10kil. Je n'ai pas réussi pour le moment et je doute fort que j'y arrive. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'esprit hanté par ma fin d'année et NY. J'ai pas la gniak pour fractionner et faire ce qu'il faudrait pour une course de 10. En revanche, les sorties longues à rythme pépère, me tentent! Dans ma tête, j'ai déjà l'impression d'être en prépa marathon, mais c'est beaucoup trop tôôôt, si je commence déjà à ne penser qu'à ça, je vais arriver comme une lopette le jour J.

Et puis, il y a Chéri... Le week-end dernier on était à Chavagnes pour le 100Km de Vendée. Malheureusement, il n'est pas allé au bout. Comme à Millau l'année dernière, il a du abandonner, pour à peu près les mêmes raisons : impossible d'assimiler quoique ce soit (solide ou liquide) et vue la température, ce n'était pas possible. A un moment il s'est retrouvé sans jus. La preuve : passage au marathon en 3h40, abandon au 50ème au bout de 5h05. On a fait tout les derniers kilomètres en marchant. Se dire qu'environ la moitié des partants a abandonné également, ce n'est pas réconfortant. Cela prouve la dureté de l'épreuve et des conditions du jour, mais c'est tout.

Tout cela ne m'empêche pas d'avoir des courses au programme :

  • Course du Chateau de Vincennes dimanche (10 kil)
  • Peut être une course de 5km le 18 Juin
  • Peut être une course de 10km le 19 Juin