Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2011

Lyon Urban Trail et autres...

 

P3270067.JPGQuand on voit l'état des pistes (une rouge à gauche avec canons et une noire à droite), on comprend mieux pourquoi nous avons choisi de profiter de notre séjour sur Lyon pour rentrer ensuite à la maison. Y'a plus de neige, et le peu qu'il y a encore est vite HES (Hors d'Etat de Skier) dès la fin de matinée. Et je ne parle même pas de la pluie qui est venue régulièrement arroser le tout. Il fait trop chaud!!!

Au final, pour une semaine à la montagne, cela fera seulement 5 petites matinées de ski. Une misère, et en plus en tournant sur assez peu de pistes pour rester sur celles qui avaient un minimum de neige. Pas un bon cru, cet hiver 2010-2011! [sauf sur Paris, bien sûr!!!]. Donc voilà, à moins d'un retour en force de la neige dans les jours à venir, les skis ne ressortiront pas.

A part ça, ce week-end, c'était donc Lyon pour son Urban Trail. Déjà la quatrième édition (et ma troisième participation) pour cette course que j'adore!!! Et je ne dois pas être la seule car il y a de plus en plus de participants.

En tout cas, en ce samedi qui marque notre arrivée sur Lyon, je ne suis pas bien du tout : j'ai une migraine d'enfer. Je sais très bien à quoi elle est due, mais pas possible de faire autrement, c'est la combinaison des températures en hausse, du trajet en voiture, des bouchons (pas ceux où l'on se régalent bien) et de la foule. Sans compter cet agacement au retrait des dossards : je ne suis pas dans la liste alors que j'avais vérifié avant de partir que j'y étais, l'organisation qui ne retrouve pas ma trace dans ses fichiers informatiques, une ré-inscription sur place pour finalement me rendre compte qu'en fait la liste n'avait pas été affichée par ordre alphabétique et que ma page et ses MO... était perdue au milieu des N... . Pour finir, on dinera à l'hôtel avec des hamburgers venant d'un autre M, de toutes façons, c'était ça où je jeunais avec ma tête comme une pastèque... Je sais que demain matin, cette migraine sera passée, il faut juste que je dorme.

Le lendemain, le réveil est bien matinal et brutal. Mon départ est prévu à 9h45, mais il y a mon Chéri qui lui part à 8h30. Comme je suis quelqu'un de sympa, je l'accompagne et je m'occupe de notre logistique. Lui part pour 38km et 1700m de D+, moi pour 12km et 500m de D+.

J'ai donc du temps à perdre avant de m'élancer. Comme je connais un peu le parcours, je me place au pied de la première difficulté (un tunnel routier avec une pente, oualalala) pour voir le peloton du 38km. Lors de ma première participation, j'y étais passée, cela m'avait fait une impression ... mystique. Au bout d'un moment tout le monde marche, la tête penchée vers le bas, les mains sur les genoux et en levant la tête, on voit la lumière tout en haut comme un but à atteindre. Mystique quoi!

A cet endroit, il y a un monsieur en vélo avec son fils sur le porte bagage (il doit en faire des ravages dans la cour de récré ce petit minot avec ses cheveux blonds et ses grands yeux bleus). Ce monsieur rencontre des connaissances et pour une il est présenté comme Fabien, le vainqueur de l'EcoTrail de Paris. Forcément, cela attire mon attention, mais pfff, son visage ne me dit rien. En plus il est pas impressionnant physiquement : pas très grand, voire plutôt petit, pas très mince, pas de mollets énormes. Physique presque quelconque en somme. Il raconte qu'il est en semaine de relache et que cela fait du bien de ne rien faire, de lâcher les contraintes sur l'entraînement et l'alimentation... Bref, en dedans de moi, je me dis qu'il faut que je garde ce prénom dans un coin de ma tête pour vérifier si l'EcoTrail a bien été gagné par un certain Fabien. [et la réponse est oui]

Et puis la meute arrive, mais doucement, ils doivent savoir à quoi s'attendre! Cette montée elle est terrible...

Moi de mon côté après avoir pris la photo de mon Héros du jour, je retourne vers le départ où, cette fois ci, ce sont les participants du 23km qui sont en place.

Et puis encore après, c'est enfin mon tour. J'ai déposé mon sac et pris le temps de faire un passage par les WC de chantier (pouahhhh, fallait vraiment avoir envie, ils étaient dans un état...). L'attente au départ a été bien longue. Je pense que les organisateurs avaient retenu les leçons de l'édition précédente et donc attendu que le peloton du 23km passe dans ce qui sera notre première difficulté, à nous les participants du 12 (l'année dernière, les premiers du 23 y étaient arrivés en même temps que le gros du 12, et ça criait!!). Ce ne sont pas les deux petites olas bien timides qui aident à faire passer le temps.

Et puis finalement, ça y est. Et la première côte arrive bien vite. Enfin côte, c'est histoire de parler. En réalité, c'est un escalier qui permet d'arriver en haut de la colline de Fourvière, 350m d'escaliers, c'est quoi? L'équivalent de 30, 40 étages? Tous les jours en p'tit dej, je me les fait... Nan, j'déconne! Et comme à chaque fois, je me demande bien pourquoi je suis venue. Dans mon canap', j'aurais été bien mieux!

Surtout qu'une fois en haut de Fourvière, on redescent direct. Et puis après on remonte direct, et puis on redescend encore une fois, et on remonte et on redescend encore. Pour la fin, on change de colline, on passe sur celle de la Croix Rousse, mais cela ne change rien au principe de la course, on monte et on redescend.

Il y a deux passages que j'adore, non allez trois, on peut même dire quatre :

- les passages en haut de Fourvière avec une vue magnifique sur la ville

- la descente dans l'amphitéatre romain

- la descente de la piste de la Sarra (une ancienne piste de ski reconvertie en piste de VTT)

- l'arrivée et sa traversée de l'hôtel de ville (et en plus c'est la fin)

Je ne m'étendrais pas trop sur ma course, j'ai souffert, beaucoup. Dès la première montée, cela m'est apparu comme une évidence. J'ai fait toutes les montées en marchant, certaines descentes aussi (les plus raides en tout cas). Je n'ai pas les moyens de mes ambitions en ce moment, j'ai préféré profiter du parcours tranquillement. D'ailleurs c'est ce qu'à dû se dire Shuseth qui m'a doublée entre Fourvière et Croix Rousse! Je l'ai quand même accompagné sur au moins ... 100, 200m histoire d'échanger quelques mots puis j'ai repris mon rythme de sénatrice.

delph1.jpgJe finis dans les dernières places, mais peu importe, l'essentiel n'est pas là. L'essentiel ce n'est pas non plus ma moyenne vertigineuse de ............ 6km/h. Et oui, j'ai couru quand même de temps en temps, entre deux montées! L'essentiel, c'est que j'ai passé une super bonne journée!

alex3.jpgUne fois arrivée, je récupère mon sac et m'installe confortablement dans l'herbe pour attendre l'arrivée de mon Chéri. Je n'ai pas eu de ses nouvelles, c'est qu'il doit continuer d'avancer et que son genou ne l'embête pas trop. Les premiers du 38 arrivent à peine. C'est agréable d'être là dans l'herbe à encourager les runneurs qui finissent, le temps est printanier, je suis contente et j'attends. Finalement je le vois arriver. Il finira ces 38km en 4h42 (son record sur marathon est à 3h20, cela permet de voir un peu la difficulté). Et son mot à l'arrivée qui mérite d'être retenu : "P****, elle se mérite cette course!"

Voilà se sera le mot de la fin...

 

Site de la course avec rediffusion de l'émission TLS : ici (retranscrit bien l'ambiance) 

Commentaires

Ce premier tunnel mystique, c'était Fourvière ou Croix-Rousse ?
Ah, j'aimerais beaucoup faire ce trail un jour, j'aime tant Lyon !

Écrit par : Clara | 05/04/2011

C'était un tunnel de Croix Rousse. Il y en a qu'un sous chacune des collines?

Écrit par : Rasmette | 06/04/2011

350m d'escalier oO rien que ça, d'entrée de jeux ça doit te mettre les cuisse dans un état sympathique :-)
"L'essentiel, c'est que j'ai passé une super bonne journée!"
voila tout est dit.

Écrit par : Lexel | 06/04/2011

@Rasmette: A bien y réfléchir il y en a deux pour la Croix-rousse: un très raide qui part de la place Satonay et qui arrive sur le plateau (anciennement emprunté par un tram) et un autre plus large pour les voitures. J'espère que ce n'était pas celui des voitures !

Écrit par : Clara | 06/04/2011

Bravo miss, ca doit etre une jolie course !!!
biz

Écrit par : milou | 06/04/2011

Eh ben moi ça me donne envie toutes ces montées et descentes .....
Peut-etre qu'un jour, je serai avec toi au départ ?

Écrit par : marie | 07/04/2011

Avec un peu de retard, je lis ton CR : j'avais pas réalisé que tu participais à cette Lyon Urban trail ! Eh bien bravo ! 12 km avec 500 m D+, c'est courageux, tu ne choisis pas la facilité ! Je vois quand même que tu préfères les descentes LOL, je te rejoins entièrement sur ce point ;-) Tu t'es bien éclatée, et ça, c'est le plus important. Alors encore une fois bravo !

Écrit par : Valérie | 11/04/2011

Les commentaires sont fermés.