Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2010

Deux

Profitant hier et ce matin de la toute fin de mes congés, je suis allée courir deux fois. Oui, deux fois, hier matin et ce matin. Je sais bien qu'il est un peu (voire complètement) trop tard pour ratrapper le temps perdu dans ma prépa mais je me dis que faire une grosse semaine cette semaine ne peut que m'être bénéfique (et au moins cela me rassurera).

Donc hier, sortie longue d'un peu plus de 13km entrecoupée de deux pauses pour boire. J'avais plutôt de bonnes sensations même si j'ai eu du mal à finir. Qu'est ce qu'elles pouvaient être loooongues les dernières minutes!!!! Je pense savoir pourquoi, à part un rapide petit dej' (une tranche de brioche) et de l'eau, je n'avais rien d'autre dans l'estomac. Pour 1h30, cela fait quand même léger.

Et aujourd'hui, sortie plus courte mais un peu plus rapide. C'est que je suis pressée ce matin. Je dois prendre un avion en début d'après-midi pour Berlin et il me reste plein de trucs à faire, comme ma valise par exemple et aussi traverser toute la région parisienne. Je devais y allée avec une collègue qui s'est désistée au dernier moment, dommage pour moi, c'est elle qui avait gérée la logistique... du coup, ce matin, j'ai déjà passé une bonne heure à m'occuper de mon billet d'avion, de récupérer l'adresse de l'hôtel, le programme de la conférence...

J'ai aussi pensé à m'imprimer le parcours du marathon de Berlin (c'était ce week-end). L'hôtel en est pas loin, je vais donc pouvoir en faire quelques portions. Héhéhé!!

@+

Hier : 1h30   13.28km   8.8km/h

Aujourd'hui : 47'   7.17km   9.2km/h

 

26/09/2010

Fin des vacances, fin de Millau, et début d'autre chose ... mais quoi?

Voilà, les vacances pour cette année, c'est fini!

Et l'aventure Millau 2010 aussi. Même si la fin n'est pas celle que l'on espérait... Chéri a du abandonné à la fin de la première boucle (qui correspond à un marathon), vaincu par des problèmes digestifs qui ont commencé au 20ème. A partir du 30ème, il n'a plus rien réussi à boire ou manger (et au contraire il a même vomi). Difficile dans ces conditions de continuer ou même pour moi de le motiver pour poursuivre. Surtout qu'en le voyant dans cet état, j'avais aussi qu'une envie : qu'il s'arrête.

Il a quand même réussi à boucler son marathon en 3h53 (passage au semi en 1h45) après avoir beaucoup marché dans la deuxième partie.

Et moi de mon côté : calme plat... j'ai pas vraiment usé mes semelles avec la course ces deux dernières semaines : 3 petites sorties CAP (40', 47' et 1h). J'ai quand même fait en complément 4 randonnées d'environ 3-4h chacunes et puis 42,195m en vélo aussi. Pas vraiment de quoi me préparer correctement pour les 20km de Paris. J'ai décidée d' "oublier" que je voulais en faire mon objectif de fin d'année. Ce sera meilleur pour mon moral. Déjà que j'ai "la petite voix au fond de moi" qui me demande si j'ai vraiment envie d'y aller...

Et pour compléter tout ça, je me suis inscrite ce soir pour les 10km d'Odyssea la semaine prochaine. Une course pour une bonne action, avec plein de monde, une bonne humeur, une bonne ambiance, c'est ce qu'il me faut. Et puis pour faire taire "la petite voix" j'ai envoyée mon certif pour les 20km de Paris. Je n'y ai plus d'objectif, mais je voudrai vraiment la faire...

11/09/2010

Une bonne sortie

Ce matin, j'étais bien décidée à faire une tentative pour voir l'état de mon genou croûté.

Et bien, cela a été super! Alors bien sûr, au début, j'avais mal. Mais une fois le premier km passé, plus de douleur si ce n'est sur le devant du tibia. Mais là, c'est musculaire, et cela m'arrive souvent quand je suis trop "contractée". Pour faire passer, il suffit que je m'efforce d'accentuer le mouvement en insistant sur la phase de poussée lors de la foulée.

Cette sortie m'a redonnée le moral. Les 20km c'est dans 4 semaines et je ne suis pas du tout, du tout prête pour y atteindre l'objectif que je m'étais fixé initialement. En espérant que les pépins me lachent d'ici là et que je puisse faire ce que je veux, mais cela va être chaud :

  • Demain on part en vacances pour une semaine et demi aux Saisies. Les quelques tentatives de sorties que j'ai pu faire là-bas n'ont jamais été très concluantes en terme de durée.
  • On enchaine sur 4 jours à Millau pour "The Race" de Chéri.
  • Ensuite je pars en conférence à Berlin pendant 3 jours.
  • Et enfin, début Octobre, je repasse la partie de l'examen que j'avais raté en Juin.

Pour revenir à la sortie d'aujourd'hui, j'ai adoré la faire et j'ai adoré le moment de récup que je me suis donnée, allongée sur un banc juste après à regarder le ciel et les arbres.

Seul point négatif, j'avais mis des chaussettes neuves (il faut bien qu'elles soient neuves à un moment donné de leur vie) et j'y ai gagné plein de cloques...

1h10   10,11km   8,7km/h

 

05/09/2010

La rentrée c'est pas toujours le pied, des fois c'est le genou

Alors aujourd'hui, c'était course de la rentrée au Perreux sur Marne. Et cela a été une bien mauvaise rentrée pour moi. J'espère que cela ne préfigurera pas le reste de l'année parce que sinon j'arrête là!

Je vais faire bref pour la première partie de la matinée, y'a pas grand chose à en dire. Lever 8h, départ maison 8h20, arrivée sur le site 8h40, inscription 9h. Encore une heure à passer et c'est le départ...

Dans ma p'tite tête, course au Perreux sur Marne, cela veut dire course en bord de Marne, donc plat. Mais que nenni, y'a un groupe qui était derrière moi dans les premiers mètres qui parle de LA cote. Quoi, une cote? Ici? Mais c'est du foutage de g...., c'est tout plat les bords de Marne! Et puis, elle arrive cette cote, et c'en est vraiment une, pas une énorme, mais une cote qui fait qu'on l'appelle LA cote. Je réussis à la monter tout en courant, sans marcher une seule fois, je suis bien contente de moi et ... pff, je m'étale de tout mon long. Un peu dans le style des phoques qui glissent sur le ventre sur la banquise ou des rugbymen qui font un plat pour marquer un essai. Sauf que la banquise ou une pelouse cela glisse et que le bitume, pas vraiment. Je me relève, fait une rapide auscultation, j'ai le genou gauche qui pique, la paume de la main droite qui saigne, le coude droit qui a aussi bien frotté mais qui ne saigne pas trop et ... mon amour propre qui en a pris un coup!

Je poursuis, mais le coeur n'y ai plus trop, je me dis que je vais abandonner, mon genou me fait mal surtout dès que la route descend un peu. Comme le parcours est en deux boucles, je prévois de m'arrêter au début de la deuxième, puis après je change d'avis et décide de m'arrêter au bout d'une heure. Je me retrouve donc à repasser par LA cote, mais cette fois, je n'ai pas la gniak pour la faire en courant et la descente qui suit est super douloureuse. Je préfère m'arrêter là et retourner doucement vers l'arrivée...

1h03   10km   9.5km/h

Quand c'était chaud, la douleur était supportable, mais là maintenant à froid, j'ai l'impression d'avoir une pelote d'aiguilles à la place du genou. Comme ça, de visible, il y a les croutes qui sont en train de sécher et qui tirent la peau et un beau hématome qui se forme qui commence à bleuir. Pour arranger le tout, il est aussi en train de gonfler. Franchement, je me demande comment j'ai pu faire pour courir 9km comme cela.

Je sens que ma préparation 20km va encore prendre du retard....

A part ça, il faisait beau, l'organisation étéait chouette, au lieu du tee-shirt habituel on est revenu avec un parapluie et Chéri est content de ses 1h06.

La vie continue...