Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2010

Voilà c'est fini! (2ème partie : Juste avant - le départ)

Avant la course :

On est dimanche matin, 6h30, le réveil sonne. Pouah! J'ai juste envie de lui donner une claque, de me tourner dans le lit et de dormir quelques heures de plus. Mais Chéri est là pour m'en empêcher. Lui est déjà tout excité et m'attend... Ce matin là, l'hôtel a ouvert les portes du petit dej' plus tôt, rien que pour les coureurs. Par contre, ils n'ont rien changé à sa composition. Je me contenterais donc de pain, d'un peu de jambon blanc et d'une salade de fruits. Par curiosité, je regarde les assiettes des autres, mais à part une boisson chaude, cela ressemble beaucoup à la mienne. Les frites n'ont pas beaucoup de succès ce matin.

Ensuite, c'est retour dans la chambre, habillage et recouchage... L'hôtel est à 500m de la ligne de départ, alors profitons-en!

Sur le trajet vers la zone de départ, on croise un groupes de belges : les hommes courent, les femmes encouragent. Je les reverrai plus tard et cela a son importance.

Sur la ligne de départ :

On fait le tour pour voir un peu comment cela se présente : pas de sas, juste des temps matérialisés par des ballons. Et des toilettes, pleins de toilettes, avec des gens qui attendent sagement leur tour devant. A H-15, je me dis que quand même, j'y ferais bien un petit tour. quand j'en ressort, j'entends des applaudissements, mais le danois qui les accompagne ne m'éclaire pas trop sur le sujet. Alors je pars dans le troupeau attendre le départ. Mais oupsss, c'était ça le départ, c'est l'écran géant qui me le montre, y'a déjà des gens qui courrent! Je franchis la ligne de départ (et d'arrivée) au bout de quinze minutes, c'est qu'on est un peu plus de 9000.

Et là surprise : pas de sacs poubelles, pas de vieux tee-shirts qui traînent et surtout pas de bouteilles remplies d'une substance jaune dont je préfère ignorer la composition. Rien, rien du tout sous nos pieds hormis le bitume. Cela fait tout drôle, je suis plutôt habituée à devoir faire du saut de haies en début de course. Les danois seraient-ils plus propres que les français?

A ce moment, et même si j'ai été très cool jusque là, j'ai une grosse boule d'appréhension qui vient se placer dans l'estomac. Mais qu'est ce que je suis venue faire ici? Est ce que je vais finir (car c'est bien là mon principal objectif) et dans quel état? Faut dire que depuis quelques jours, je suis malade : gorge prise, mal de tête dès le réveil et fièvre. D'ailleurs, la veille, il m'est même traversé l'esprit de ne pas partir si mon état ne s'améliorait pas : je ne me voyais pas courir sous le soleil pendant 5h avec en plus un handicap au départ. Le plus bizarre quand je disais ça à Chéri, c'est que cela ne me faisais rien, comme si j'étais devenue un trou émotionnel, comme si je ne me préparais pas depuis des lustres pour le faire. La seule dont j'avais envie, c'est que cela se fasse, avec ou sans moi, pour pouvoir passer à autre chose. Cette préparation m'a complètement usée moralement : elle était trop longue et trop contraignante. Et pourtant, je ne pense pas qu'il faille faire moins en durée, mais je me suis sûrement forcée à trop bien faire, à tout bien suivre et cela a entraîné de la lassitude chez moi. Alors vivement que cela soit fini!

A suivre....

30/05/2010

Voilà c'est fini! (1ère partie : La prépa)

C'est difficile, je ne sais pas par quoi commencer... Cela fait deux semaines et demi que je n'ai rien écrit et pourtant, il s'est passé plein de choses pour moi : des vacances et donc ce fameux premier marathon!

Cela fait une bonne semaine que j'essaie de trouver une bonne approche pour le raconter mais je n'y arrive pas, surtout que pendant la course j'ai du passer le cerveau en mode "off" parce que je n'ai pas beaucoup de souvenirs...

Allez, c'est parti!!

Fin de prépa :

Les trois dernières séances ont été bien courtes : 35' avec un peu plus de 5km pour chacune et des sensations bien différentes. Une vraie cata à J-9 pour la première avec un coeur qui montait, mais montait... Heureusement qu'il y avait plein de routes à traverser et donc des arrêts car sinon, j'aurais pu exploser. La deuxième à J-7, nettement mieux, à Aalborg dans un parc à proximité d'une salle de spectacles où se produisait Mireille Mathieu le soir même. Et la troisième, à J-5, parfaite en bord de mer à Aarhus, j'ai même réduit la durée parce que je n'arrivai pas à me ralentir.

Comment ça, j'ai cumulé les erreurs en fin de semaine?

D'abord côté alimentation. Pas évident de contrôler quand on n'est pas chez soi. Alors, j'ai essayé au début de la dernière semaine de ne pas manger de glucides. J'ai essayé. J'ai réduit en tout cas. Le petit dej' danois n'est vraiment pas adapté à cela. La période 'gavage en glucides' a été nettement plus facile. Il y a des sortes de pain là-bas, ah!, à tomber par terre. Et on a réussi à manger des pâtes la veille au soir qui ne baignaient pas dans une sauce.

Ensuite côté activité. En vacances, on ne va pas rester à faire de la chaise longue. Non? Même si l'on prépare un marathon... Alors la petite ballade en ville de J-2 qui s'est transformée en une traversée aller-retour de la ville à pied, cela ce n'était vraiment pas raisonnable. De monument en monument (on va voir la bibliothèque, maintenant que l'on est là on va voit la 'Marmem Kirken', il est presque midi, on pourrait aller voir la relève de la garde au palais royal, la citadelle et la petite sirène sont juste à côté, on y va?, c'est pas le coin du retrait des dossards?...). Si j'en crois openrunner, on a du faire dans les 17km, et encore sans compter les rues dont je ne me souviens pas. Et tout ça, à pattes! Pour J-1, on a allégé la dose, juste un peu de marche, un peu de vélo et un tour en bateau.

Et alors? le marathon?

Le retrait des dossards, nickel, en 10 minutes c'était fait. On avait la carte qui nous avait été envoyée à la maison pour ça, pas besoin de pièce d'identité ou de certificat médical. Le village marathon ne nous a pas fait beaucoup d'effet, trop de danois dans le texte. Et le danois n'est pas une langue très conviviale. Et les courses locales ne nous intéressent pas vraiment... elles sont sûrement très bien, mais bon.

100_5952.JPG

Et puis voilà, y'a plus qu'à se préparer, tout est là, le dossard, la puce, le tee-shirt, les temps de passage!

100_5969.JPG

A suivre ....

 

12/05/2010

Dernière sortie longue

Hier soir avec un grand plaisir (ce qui change des derniers jours), j'ai fait ma dernière sortie longue : au programme 1h30 avec 3x3km à allure marathon normalement.

Normalement, parce qu'avant de partir, j'ai trouvé au courrier ma "card" pour aller chercher mon dossard dans très précisément ... 11 jours. Avec, il y différentes informations et chose qui n'était pas prévue quand je me suis inscrite, il y aura un ballon 5h, sauf qu'il est aussi écrit qu'il aura un rythme de 6'30 au kilo. Sauf que 6'30 au kilo, au final, cela fait du 4h35. Alors je me doute qu'au fil des km le rythme ralentira, qu'il y aura de la marche aux ravitaillements, mais quand même. J'ai pas envie de prendre l'apéro à chaque ravito!

Et puis moi, je me suis entraînée à 6'40, pas à 6'30! 6'40, c'est l'allure que je trouve naturellement à l'entraînement. Pour ma sortie du jour, j'ai donc voulu tester le 6'30. Mais bon, ça, c'est pas mon rythme et je ne le trouve pas : soit je suis à 6'40, soit je suis à 6'15. Ce qui fait une sacré différence, surtout pour 42km.

En conclusion, je me suis retrouvée à faire une séance dans l'"esprit" de ce qui était prévu, mais avec une allure+1 : les 3000m avec une allure à mi-chemin entre semi et 10km, les récup à allure marathon!

Je me dis que c'est pas bien d'avoir fait cela, surtout si proche de l'échéance, mais bon, pour une fois que je prends du plaisir dans une séance ces derniers temps, je ne vais pas le bouder. Ce soir, j'essaie de refaire une sortie, une petite, et demain on charge la voiture et on part...

1h30   13,86km   9,2km/h

Sans titre.JPG
Le plus dur : repasser devant notre hôtel au 24ème!

 

10/05/2010

C'est la fin...

C'est dingue, mais j'ai hâte que le marathon se passe, j'en ai marre de faire la préparation : trop longue, trop chronophage, trop ... ou pas assez de libertés possibles. Pourtant, au début, j'étais vraiment motivée, mais là il y a au moins trois semaines de trop. Je ne sais pas si je recourrai un marathon un jour, mais en terme de prépa, je ne referai pas la même chose. Je crois qu'en ce qui me concerne, le plus pénible à supporter, c'est de ne jamais pouvoir faire ce que j'aimerai faire au moment où j'ai envie de le faire.

Alors, pour finir la semaine dernière j'ai fait deux sorties : une toute petite et une très longue. La plus petite et la plus longue de la prépa en fait.

Pour la petite, je me suis fait plaisir : je suis partie à allure marathon et j'ai accéléré tout du long pour finir le dernier km au dessus de mon allure 10km. C'était juste pour mon plaisir :

35'   5,6km   9,6km/h

Pour la sortie longue, j'ai gardé la durée totale mais je n'ai pas respecté scrupuleusement le programme. Les séries de 1000m se sont transformés en fartlek en fonction du vent et de mon envie à un moment précis. Pour cette sortie je m'étais lancée un défi à la con, du genre "Si tu va au bout en ne marchant que pour boire/manger, ton marathon se passera bien". Du coup quand j'ai eu mal au genou, j'ai continué et aujourd'hui il est douloureux. J'espère que mon entêtement n'aura pas de conséquence trop grave.

2h40   22,5km   8,4km/h

Et j'ai fini! Même si les quarantes premières et les quarantes dernières minutes m'ont paru infinissables...

Aujourd'hui, c'est repos. Demain séance de 1h30. Et après toutes les dernières séances feront moins d'une heure.

Et le plus important : après-demain début des vacances et direction le Danemark!

pt1094.jpg
La petite sirène dans le port de Copenhague