Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2010

Semi-contente ou semi-pas contente?

Et bien je ne sais pas! Mais faisons les choses dans l'ordre, commençons par le CR avec un petit retour en arrière de 48h.

Donc Dimanche matin, il faisait beau, il faisait chaud du côté de la Lorraine. Et même si la veille, je n'étais pas très motivée (cette prépa marathon commence à me peser grave sur le moral), le fait de voir un peloton multicolore m'a reboostée un peu. Pour le départ, je me place en fin de peloton comme d'hab. Je pars à un rythme confortable pour moi, sans trop me soucier du chrono, tout à la sensation. Quand je le regarde pour la première fois, c'est au passage du 3ème km, jy suis en 18'30. Oupps!!, j'ai déjà 2'30 d'avance sur mon allure marathon envisagé. Mais comme j'ai decidé d'y aller à la sensation, je continue tout en conservant un rythme confortable. En plus, à ce moment là, on traverse le centre ville de Metz, c'est une partie assez sympa à l'ombre des habitations.

Je passe au ravitaillement du 5ème en 31', c'est toujours trop vite! Je me mets à marcher pour boire un peu, je n'ai pas encore soif mais le soleil chauffe alors je prends les devants.

Entre le 5 et le 10, je discute avec des locaux et je prends une leçon de culture en passant devant le futur musée d'art contemporain de Metz (ouverture en mai) avec la "machine à caca" (...) et avec un monsieur d'un certain âge qui me parle marathon de Tokyo. J'arrive au 10ème en 1h01'30. Je n'ose même plus faire le bilan, mais je suis allée vraiment trop vite... mais d'un autre côté, je suis super confortable au niveau rythme.

Sauf qu'au 10, c'est la grosse cata, et pas que pour moi : Y'a plus d'eau au ravitaillement!!!!!!!!! Seulement quelques quartiers d'orange et du sucre. Les oranges, cela ne me réussit pas et du sucre sans eau, c'est pas possible. A ce moment là, je prends un gros coup sur la tête, il fait chaud, on est dans une portion en plein soleil, j'ai soif, j'ai le moral qui descend au 36ème sous-sol, j'imagine déjà le scénario catastrophe en me voyant allongée par terre en train d'agoniser au soleil, ect, ect ...

Je garde le rythme mais pas très longtemps, je n'y suis plus du tout, c'est fini. Je passe mon temps à guetter les bouteilles par terre pour voir s'il n'y resterai pas quelques gorgées. Quelques riverains proposent de l'eau, mais c'est déjà trop tard pour moi, je lâche complètement à la fois dans la tête et dans les jambes.

Au ravitaillement du 15ème, il y a de quoi boire, mais c'est rationné. Je prends un 1/3 de bouteille sur la première table, la bois, prends un autre 1/3 sur la deuxième table, la bois aussi, repart, puis fais demi-tour pour en prendre encore une autre. Et en repartant, je me rends compte que j'ai trop bu, j'ai des hauts-de-coeur qui me donne envie de vomir (même si je n'ai pas vomi), et la suite du parcours se fait avec une impression de vagues et de marées dans l'estomac.

En plus, le parcours est monotone sur la deuxième partie du parcours entre des traversées de zones industrielles et de zones pavillonaires. Cela ne permet même pas de passer le temps de manière plus agréable. Les clappotis dans mon estomac finissent quand même par s'estomper un petit peu et je ne sais pas si c'est lié ou pas, mais je retrouve mon rythme du départ sur le dernier km ... après avoir vu un type au niveau du panneau 20 allongé par terre avec la sécurité civile à ses côtés.

Au final, je bats quand même mon record d'environ 4', ce n'est pas rien. Mais bon, je suis déçue sans trop savoir pourquoi : j'ai fait ce que j'ai pu, mais j'ai complètement abandonnée au milieu. En abandonnant comme je l'ai fait, j'ai quand même battu mon record. Je tourne en rond dans ma tête...

2h22'32 (temps puce)   21,1km   8,9km/hP21_1040.jpg

Et le bilan dans tout ça :

- je me demande s'il faut que je prévois une réserve d'eau de secours pour le marathon : la porter me soulera, mais d'un autre côté, si cela permet de pallier à des solutions d'urgence...

- je n'ai jamais couru à l'allure marathon que je vise ... et pourtant en moyenne sur tout le parcours, j'y suis à peu près! Ce qui est dommage, c'est qu'à l'entraînement, c'est une allure que je trouve tout de suite.

- j'ai validé mes habits et mes chaussures.

- Chéri m'a dit que le parcours était difficile avec pleins de faux-plats et de relance. Ah bon? Pas vu! En tout cas, à chaque fois que je me suis mise à marcher, ce n'était pas à cause de cela. [Lui aussi bat son record, mais d'une toute petite poignée de secondes].

- Pas de courbature, ni de douleur quelconque, juste quelques marques de bronzage pour ma première sortie en short de l'année.

 

Et hier, j'ai fait un petit footing de décrassage, seul problème, des genoux légèrement douloureux comme si ... je venais de courir un semi-marathon :

45'   6,57km   8,8km/h (tiens, tiens, mon allure marathon que je retrouve!)

 

Commentaires

Bravo pour cette course Rasmette, et tu n'y peux rien si de son côté l'organisation n'a pas assuré sur les ravitaillements ;)

Écrit par : pascal77 | 27/04/2010

Félicitations en tout cas. Un semi, c'est déjà quelque chose (et personnellement, j'en serais bien incapable à l'heure actuelle).
Le prochain objectif, c'est le marathon si j'ai bien compris ;) Courage !

Écrit par : Shuseth | 27/04/2010

Merci à tous les deux!

Écrit par : Rasmette | 27/04/2010

Hello !

Bravo pour ton semi ! plein de choses à te dires :
- il est vrai que les conditions météo etaient estivales. Je l'ai vu de chez moi !
- tu as pu admirer le "professionnel" d'un semi "réputé". pourtant j'aime Metz, j'ai du le faire 1 dizaine de fois depuis 1998 mais chaque année c'est le bordel et ils n'arrangent rien. C'est le 2e test réel avant le marathon du 17 oct, jour de nos 10 km !!!! plus de 1000 partants pour une ville de 20000 habitants. donc chaque année c'est le bordel, et les gens reviennent, faut dire qu'il n'y a pas bcp de semi dans le coin.
- j'ai discuté avec une amie qui l'a fait, elle visait 1h40, à cause des ravitaillements elle a fait 1h50. tu ne peux pas en tenir compte dans ta course.
- je suis d'accord avec toi, le semi de metz n'est pas si dur. à moins qu'ils aient encore une fois changé le parcours...
- il a fait combien ton chéri, pour info ? je crois qu'il est assez bon ? l'an dernier j'ai réalisé 1h24'59 mais dans de meilleures conditions. c'etait fin mars.
- il vaut mieux que tu sois décue aujourd'hui et que çà marche au marathon !! pense qu'il reste encore autant à courir. il faut que tu n'aies pas mal musculairement.
- Pour l'eau ils assurent généralement, mais c'est vrai que si tu peux en prendre avec, il existe des petites fioles qui ne sont pas gênantes.
- je crois que c'est tout ! bon courage pour la suite !

Écrit par : izhonu | 27/04/2010

Ca c'est de la réponse ... qui mérite une réponse à peu près aussi longue :
- Pour sûr, il a fait chaud!
- C'est vrai qu'il y avait des gens qui ralaient comme quoi c'était tous les ans pareils. Moi je peux pas dire, c'est la première fois que je le faisais!
- Il parait que le parcours a été modifié, mais là encore peux pas dire...
- Mon Chéri, il a fait 1h33'31 en partant dans les dernières places avec moi.
- Musculairement, j'étais bien, sauf à le descente de la voiture, 3h et des poussières plus tard sans avoir pu bouger!
- Merci!!

Écrit par : Rasmette | 27/04/2010

Pour tout ce qui est boisson, je pense que prendre une gourde (ou bien carrément un camelbak) n'est pas du tout un problème :

1 - tu es autonome, tu bois ce que tu veux
2 - pas d'arrêt au ravito = pas de cassure de ton rythme
3 - tu évites la cohue sur le ravito (celui de l'EcoTrail, c'était cool parce qu'il y avait personne, celui du Semi de Paris... laisses tomber)
4 - au pire tu recharges sur le dernier ravito (je connais un spécialiste ^_^)

Sinon bravo pour la perf', et bonne continuation pour ta préparation !

Écrit par : Cédric | 28/04/2010

Bravo !!!
4' sur semi c'est pas rien,
et puis tu as validée ton allure marathon c'etait bien le but de ce semi.
Pour l'eau c'est vraiment déplorable, il m'est arrivé la même chose un 14juillet sur un trail de 18km ... j'en garde pas franchement un bon souvenir.
Courage pour la fin de ta prepa marathon.

Écrit par : Lexel | 28/04/2010

Je suis heureux de découvrir ce blog.
Moi aussi j'avais les larmes aux yeux en lisant cet article. Je comprends très bien ce que tu as pu ressentir sur ces 42 km. Quelle force. Avoir réussi à tenir, à ne pas craquer. Et ce, malgré cet inadmissible manque d'eau au ravitaillement des 10 km (organisation lamentable !).
Encore bravo.

Écrit par : Arnaud | 16/03/2011

Les commentaires sont fermés.