Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2009

La petite voix

Dans un plan d'entraînement, il y a des séances à respecter, et aussi tout l'à côté.

Par l'à côté, il faut comprendre l'alimentation, l'équipement et surtout la préparation mentale. Et là, je suis en plein dans une séquence de cette préparation mentale, et pas la moindre, le doute.

Je ne me sens plus capable d'avancer. Je me dis que je ne respecterai jamais mon objectif. Que je ne me suis pas assez m'entraînée, ...

Et même si au fond de moi, je crois que c'est pas vrai, il y a quand même une petite voix qui me susurre que j'y arriverai pas. Et là ce soir avant de partir pour ma séance, je me suis fait plein de films.

Le programme de la séance, c'est 20' d'échauffement puis 4 fois 5' vite avec 3' de récup et 15' de retour au calme. Rien d'extraordinaire ou d'infaisable. Et pourtant, avant de partir, je me suis dit que j'allais essayer, que si ça allait pas, et bah tant pis, j'arrête et j'essaie juste de garder la durée totale de la séance. Elle peut pas se taire, cette petite voix...

Je suis quand même partie avec tous ces doutes, et dans la tête la possibilité de laisser tomber. Au bout de 20', je pars pour la première série, pfou, dur, mais je la finis sans trop de bobo, du coup, je fais la deuxième, et aussi la troisième, et puis quand y'en a plus qu'une, il faut la faire aussi (celle là, fut quand même difficile). Et cette saleté de petite voix, qui à moins de 2 semaines de la course me fait douter alors qu'il y a pas de raison!

Du coup, je ne sais plus trop quoi penser...

1h07   10km   9,0km/h   pas de cardio   Séries de 5' à 10.8, 10.5, 10.7 et 10.9km/h

Saleté de petite voix, tais toi ou vas voir ailleurs si j'y suis!

29/09/2009

Pour l'an prochain

C'est pas encore l'heure des résolutions, des voeux et des bilans. Mais j'ai des envies pour l'année prochaine.

D'abord de faire un marathon. Cela fait deux ans que je courre, j'ai fait 3 semis, 3 20km (et bientôt 4), 1 trail de 23km, il faut que je passe à autre chose. Et en l'occurence pour moi, l'autre chose passe par un marathon. Mais lequel? Grande question.

J'veux pas faire Paris si mon Chéri le fait pas. Et mon Chéri veut pas le faire si je le fais pas où si sa boîte ne lui paie pas l'inscription. Il avait été dégoûté de s'inscrire l'année dernière et d'apprendre 1 semaine plus tard que sa boîte offrait des inscriptions. De mon côté, je me suis renseignée auprès de mon correspondant athlétisme (la classe, hein?, on a deux correspondants athlétisme dans ma boîte) pour voir s'il était pas possible de faire une équipe entreprise avec les frais pris en charge par la boîte. On aurait pu faire de la com' autour de ça, créer une équipe entre gens qui se cotoient pas au quotidien, faire des entraînements en commun et tout ça. Et bah, non, pas possible, par contre, on peut nous fournir des tee-shirts et des casquettes. Génial! Cela sert à quoi de sponsoriser l'athlé, d'avoir des correspondants, de faire tout un foin sur l'intranet (et notamment le hors-stade "épreuves populaires", "au plus grand nombre", "vulgarisation de la course à pied", ...) et au final de ne pas sponsoriser des 'petites gens' qui veulent se bouger? Bon, enfin, bref, si Chéri a pas son inscription, je ne l'aurai pas non plus.

copenhague_1.JPGSi c'est pas Paris, il m'en faut un autre. Et qui respecte certains critères. Je cours pas vite, alors si c'est pour courir seule pendant 42km, c'est pas la peine. Il me faut donc du monde. Et que ce soit au printemps. Parce que pour le reste de l'année, j'ai d'autres projets. Et plat. Si c'est à l'étranger c'est pas mal non plus. Je ne suis pas contre mixer sport et vacances.

En résumé : populeux, entre Mars et Juin, plat, n'importe où.

Et donc, je pense avoir trouver ce qu'il me faut : le Marathon de Copenhage. Il se déroule en Mai. L'année dernière, il y avait environ 8400 arrivants. Il se déroule dans un écart d'altitude de 10m, donc c'est plat. Et le Danemark fait partie des destinations vacances qui nous intéressent... C'est peut être notre bonheur.

La première étape est sans doute passée, le choix devient quasi définitif avec le temps qui passe...

copenhague_2.JPG

 

Lendemain de chute

Hier, j'étais (encore) de repos (3 jours de suite, cela fait beaucoup quand on est loin de la maison).

Et je suis allée courir, forcément. Il faut que j'en profite quand j'en ai l'occasion. J'ai fait un petit footing de 45', tout simplement. A la base, je voulais partir pour plus longtemps, mais au bout de 20', j'en avais déjà assez, j'arrivais pas à avancer, alors j'ai préféré abréger. Et comme par magie, au moment, où j'ai pris ma décision, les jambes se sont mieux senties et étaient d'accord pour accélérer (jusqu'à ma vitesse 20km).

Elles font du chiqué et une fois que je leur ai cédé, elles se décident enfin à se mettre au travail. Ah, les mauvaises filles mal élévées, j'me plaindrai à leur mère!

45'   6,42km   8,6km/h   Pas de cardio

J'ai fait un nouveau bilan de mes blessures de 'descente de terrils'. C'est marrant, dimanche, je ne voyais que les égratignures, et depuis hier, j'ai pleins de bleus qui sortent d'un peu partout (coude, cuisse, tibia). Pas étonnant que j'avais mal quand j'appuyais sur des zones hors égratignures.

27/09/2009

A la mine!

J'ai réussi à capter un réseau WIFI à l'hôtel, le seul et unique non protégé du secteur. Chouette!!

Je dois être dingue : ce matin je me suis levée à 5h15 pour aller courir. Vraiment dingue! Bon OK, à ma décharge, j'avais de la route à faire, mais je suis arrivée à 7h15 pour une course à 9h40!!! Aucun problème pour garer ma voiture, j'ai même pu faire un petit somme.

La course, allons tout de suite au fait, j'ai pas aimé, pas détesté non plus, mais pas aimé. J'en attendais peut être trop?

J'ai bien fait de choisir la course la plus courte, parce que deux terrils, cela m'a suffit. Le premier tout seul m'aurait suffit même. Faut que j'explique.

terrils_5.jpg

Bon, vous voyez l'arbre au plein milieu, jusqu'à lui, cela a bien été. A quatre pattes, mais bien été quand même. Et après, je me suis vautrée, mais bien vautrée! Et à plat ventre et j'ai glissé sur quelques mètres comme si j'étais sur une piste de ski, sauf qu'en ski, cela fait pas mal. A plat ventre, impossible de s'arrêter bien entendu, j'ai réussi à me remettre sur le dos et comme ça, j'ai pu m'arrêter, mais pas autrement.

Ensuite, j'ai eu un mal pas possible à me remettre dans le bon sens, j'arrivait pas à récupérer des appuis sans glisser. Et l'énervement aidant, je montais un pas et descendais d'une glissade!! Rhaaaaa!

Au final, je suis sortie du terril avant-avant dernière...

J'ai pris un gros coup au moral à ce moment là. Pour la première fois de ma vie dans une course, j'ai même pensé à l'abandon... J'avais une bonne excuse avec mes genoux en sang... Et puis, j'ai réfléchi et quand j'ai réalisé que cela voulait dire redescendre par où je venais de passer, j'ai encore réfléchi et préféré continuer!

La descente était plus simple, heureusement. Et de dépit (pour ne pas dire de rage), j'ai couru comme jamais pour essayer de rattraper du monde. Avant le deuxième terril sur du plat, j'ai réussi à remonter une dixaine de personnes.

Le deuxième terril, il était beaucoup plus simple, cela ressemblait plus à un chemin, qui montait certes, mais un chemin. J'ai marché pendant presque toute la montée, parce que c'était raide quand même. J'ai encore doublé quelques personnes, même en marchant. A partir de maintenant, il y a les premiers coureurs de la course suivante qui arrivent et qui doublent. Y'a pas photo, on n'a pas la même foulée. Et je parle même pas de la descente. Ils ont des chevilles de remplacement pour gambader comme ça?

Et la fin, c'est du tout plat, alors je me remet de nouveau à mon rythme. Hormis jusqu'au premier terril, j'aurais doublé du monde en continu, au final (si j'en crois le classement provisoire), il y a une cinquantaine de personnes qui finissent derrière moi.

J'ai fini toute noire, comme un mineur à force de me rouler par terre. J'ai déchiré mon corsaire (heureusement que je n'avais pas mis de short comme j'avais imaginé le faire), mon tee-shirt blanc et jaune est maintenant gris. Et mes runnings? A l'origine elles étaient grises, alors elles le sont encore.

Arrivée à l'hotel, j'ai pris un bain... Puis une douche, car la couleur de l'eau du bain ne m'inspirait pas trop. Et pourtant, j'avais fait un premier lavage sur place.

Et j'ai fait aussi le bilan de mes blessures, je suis toute rapée : à un coude, à une main, sur le ventre, sur une cuisse, et sur les deux jambes. Ca pique, ca fait mal. C'est une blessure de gamin, j'me rappelais pas que cela fait mal comme ça. Et j'ai pas ma maman pour faire un bisou dessus!!!!

terrils_3.jpg
Le parcours