Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2016

Corrida brévannaise 2016

En ce vendredi soir (d'il y a 3 semaines quand même), nous sommes allés tous les 3 courir à Limeil Brévannes. C'est pas très loin de la maison, une toute petite course de 5km et une petite course de 10km.

Moi je fais le 10, Chéri et Chouchouroudoudou font le 5 en poussette. On est peu nombreux, mais c'est pas plus mal (environ 40 sur chaque course), comme ça pas de bouchon!

Le parcours est difficile (légèrement vallonné qu'il disait!) avec du plat pour commencer, puis une longue descente et forcément derrière une longue montée avant de finir par du plat. Et tout ça deux fois pour moi. 115m de D+ sur 10km cela commence à faire!

On démarre en queue de peloton pour ne pas gêner avec la poussette et au fur et à mesure on gagne quelques places. J'adore la descente ... mais moins la montée derrière où je marche deux fois. A la fin du premier tour, je me retrouve bien vite seule. Mais je remonte encore quelques places, notamment chez les femmes. Et pour la deuxième descente, je change de stratégie : quitte à marcher dans la montée, autant faire la descente à fond les ballons et après advienne que pourra! Et je signe donc là mon kilomètre en course le plus rapide de ma vie! Youhou!

Bien sûr la montée suivante est dure et je marche aussi, mais guère plus que la première fois. Finalement, j'aurais du faire ça dès le premier tour. Je me fais doubler par une dame, mais je ne m'accroche pas (et pourtant ...).

Sur le plat final, j'ai du mal à relancer, la dame est à quelques mètres devant moi, je me dis que si j'accélère sur le tour de piste final je la rattraperai, mais c'est sans compter sur Chouchouroudoudou qui veut finir la course en courant avec moi! Pas grave, pour quelques secondes (et pourtant ...)

102_2091.JPG

Bah oui, et pourtant, j'aurai pu finir troisième femme. Avec des si... si je m'étais accrochée dans la côte, si j'avais sprinté, si je n'avais pas fini avec mon chouchou... Et au final, tout ça on s'en fiche!

Parce qu'on est tous rentré fatigués et contents! (et piqués par les moustiques)

102_2081.JPG

 

21/06/2016

En retard

Ce blog sent le sapin... Je n'arrive tout simplement pas à m'y remettre sérieusement. Fini le temps où j'étais capable de détailler chacune de mes séances d'entraînement...

Un jour, je finirai par le fermer définitivement...

En attendant, je vais un peu remonter le temps, car je continue de courir (je suis à une moyenne de 40km par semaine depuis le début de l'année), et de participer à des courses aussi!

 

 

Foulées Cauchoises (dans le pays de Caux) : Courses par étapes, 4 étapes sur 3 jours, 60km

Mine de rien cette course a bouleversé mon classement "des courses à refaire", elle est derrière le marathon de New York quand même, mais pas si loin que cela derrière.

Il faisait beau (oui à l'époque), il faisait trop chaud (oui aussi à l'époque), l'ambiance était chouette!

1ère étape : Allouville Bellefosse (14 et quelques kilomètres)

C'est l'étape la plus facile avec le moins de dénivellé et le moins de chaleur. Je ne sais vraiment pas à quelle allure partir pour garder du jus pour l'enchainement... Je pars doucement donc et progressivement je reviens sur ceux et celles partis plus vite. Finalement, je me retrouve en compagnie d'une femme dont le rythme me convient bien et on reste ensemble jusqu'à la fin.

2ème étape : Le Trait (11,5 kilomètres)

Même jour mais dans l'après-midi. Avant la course, je vois mon classement de la matinée. Rien d'original pour mon classement cratch (dont je ne me souviens plus d'ailleurs, on est une petite centaine à participer à la totale), mais je suis 3ème Sénior Fille. Chouette!

Je pars doucement comme d'habitude, les jambes tirent un peu. Comme d'habitude, progressivement je regagne des places et je finis par retrouver ma compagne du matin. A ce moment, je me dis que je devrais être capable de terminer avec elle. Mais ça, c'était dans mes rêves...

Je perds petit à petit en lucidité et je risque de me tromper de parcours à une intersection, et là le drame : je me mets à marcher! Et la fin de la course devient une horreur. Je deviens incapable de courir dans la moindre petite côte et même sur le plat, il faut que je me résigne des fois à la marche. La loose complète. Le parcours faisait deux boucles, je mets 6' de plus sur la deuxième que sur la première. Je rentre déçue de ma performance et et de mon mental...

Au classement des SF, je progresse quand même d'une place : la première a abandonné, je l'ai vu assise sur un bord de trottoir lors de mon deuxième tour.

3ème étape : Caudebec en Caux (13 kilomètres)

L'étape la plus chouette! J'essaie de tirer une leçon de la veille et de ne pas m'enflammer. J'ai repéré le parcours, je sais qu'il y a 3 côtes dont une dans laquelle je n'espères même pas courir (16% autant la faire en marchant). Alors je pars doucement, encore plus que d'habitude et je ne rattrape pas mes compagnons habituels, en tout cas pas avant la fin du premier tour!

Avec les autres SF (la 3ème et la 4ème), on s'est repéré, c'est sympa de se doubler et de se lancer des encouragements : oui, parce que moi et elles on n'arrête pas de se doubler : je suis plus rapide dans les descentes et sur le plat, en revanche dans les montées elles me redoublent.

4ème étape : Yvetot (21 kilomètres)

L'étape de la peur, la dernière, celle qui arrive quand on est fatigué, celle où il fait chaud, celle avec un profil pas cool!

Cela démarre par une descente, puis une montée, pas très raide mais longue. Et là, déjà je sens le calvaire...

Mes cops SF sont déjà toutes devant moi, et je me traine car il fait trop chaud. Et c'est comme ça jusqu'au 5 kilomètre, et là, démarrent 3 kilomètres que j'ai adoré : dans une forêt en descente sur du bitume. Le bonheur! Je redouble même SF3 et SF4.

Mais comme toutes les bonnes choses, cela s'arrête et le calvaire recommence. D'abord avec un faux plat montant de 8kilomètres en plein cagnard (où SF3 me redouble, je ne la reverrai plus avant la ligne d'arrivée), puis une côte à 15% pour bien être achevé.

La fin est plus facile, mais le mal est fait, j'ai mal partout et il fait trop chaud!

Je termine en 2h15 (avec un record sur semi de 1h57, cherchez l'erreur).

Classement final : je termine 2SF/4 (c'est vrai qu'on était peut nombreuse) avec une belle coupe, un bonnet (?) et une écharpe (?) et une moyenne de 10km/h tout rond!

Je veux revenir l'année prochaine et prendre ma revanche sur la deuxième et la quatrième étape!!!

 

Les grands 20 de Bourgeuil trail en forêt et dans les vignes - 22km

Pas un bon souvenir cette course, pas à cause de la course, mais à cause de moi. Elle a lieu le week-end après les foulées cauchoises, je suis en déplacement avec des horaires bizarres et je débute en étant déjà fatiguée. Et en plus, j'ai oublié mon GPS...

Pas besoin de faire un long discours, c'était pas mon jour, j'aurais mieux fait de m'abstenir...

25/04/2016

Trail du Lin

Le week-end dernier de passage chez mes parents, je suis allée courir dans ma campagne normande un trail typiquement normand de 18.5km.

Typiquement normand car assez peu de dénivelé, à peine 300m. Mais beaucoup de boue.

Il y a eu assez peu de participants, 84 sur le grand parcours (celui de 18.5km) et une petite centaine sur le petit (10km).

Autant dire que quand les deux parcours se sont séparés, j'ai eu l'impression de me retrouver bien seule! Mais c'est aussi à ce moment là que la boue bien grasse arrivait alors j'ai très rapidement eu d'autres motifs de concentration. Sans compter qu'à deux intersections, les indications sur le parcours à suivre étaient assez légères.

A la première, la concurrente devant moi s'était arrêtée à la recherche d'indice... On a fini par repartir en même temps après avoir vu des coureurs au loin dans un champ.

A la deuxième, c'est moi qui me suis arrêtée, mais là, pas de coureur à l'horizon. Alors comme un sioux, j'ai cherché des traces de pas dans la boue. Et la concurrente (toujours la même) m'a rattrapé avant de repartir ensemble. On est quitte!

A part cette boue, je me suis bien amusée. Les bénévoles étaient sympa, la bière de l'arrivée fraiche même en finissant dans les derniers. Car oui, bien que 5ème féminine, je finis quand même à la 77ème place.

Mais ils sont où tous les coureurs du dimanche matin, que je croise d'ailleurs uniquement les dimanche matin avec leur équipement dernier cri? La boue, ça fait pas peur! Mais ça sali, c'est vrai!

14/04/2016

Envie et forme

C'est bien cela : l'envie et la forme reviennent. Dans quel ordre, je ne sais pas, mais cela revient!

Au menu du troisième bloc : 11 + 10 + 8 + 10. Cela a été un bloc de quatre jours pour cause d'obligation planning! J'aurai bien aimé faire quelques séances plus longues, mais là aussi ... planning.

Ce que j'en retiens, c'est que l'envie de marcher est toujours présente, mais de plus en plus tard dans les séances. Elle arrive vers les 45-50'. Je ne fais pas l'effort d'y résister : je m'arrête. Et quand je repars c'est plus vite, pour me faire une partie de seuil dont la vitesse varie en fonction de ce qu'il me reste à faire : soit mon allure 5km (car, oui, j'y arrive de nouveau!), soit la 10km, soit la semi.

La semaine dernière, j'ai aussi fait une séance de celle dont l'on se dit "WAOUH! C'était trop bien". Vous savez, celle où l'on se sent super bien du début à la fin, celle où l'on a l'impression de pouvoir continuer des heures et des heures, celle qui nous font aimer la course à pied quoi! Je n'en avais pas fait depuis bien longtemps, et elle m'est tombé dessus, comme ça, sans prévenir, un soir de pluie, ... c'était trop bien. Et depuis tout va bien!

J'ai aussi fait une journée de bi-quotidien. Pour voir comment ça passe. Ma foi, cela passe plutôt pas mal. 12km le matin à 9h et 8.5km l'après-midi à 16h. Cela tirait un peu sur les cuisses le soir, mais sans plus. Ca c'est validé! Le jour de la course, je saurai faire (même si il y en aura 3km de plus le matin et l'après-midi à faire).

De toutes façons, il n'y a plus qu'à : j'ai envoyé mon inscription ce matin!

Place maintenant à deux jours de repos consécutifs (planning, planning...), puis à quelques kilomètres samedi matin, puis à 18,5km en course dimanche matin, et je devrais finir cette semaine avec une bonne cinquantaine de km au compteur!